Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Paris : cinq personnes mises en examen après le meurtre de la prostituée trans du Bois de Boulogne

lundi 27 août 2018 à 17:40 Par Sylvie Charbonnier, France Bleu Paris et France Bleu

Cinq personnes ont été mises en examen, après le meurtre, le 18 août dernier, au Bois de Boulogne, de Vanesa Campos, une prostituée transsexuelle. La jeune femme de 36 ans avait été tuée d'une balle dans la poitrine, alors qu'elle s'était interposée pour défendre un client agressé par des voleurs.

Vanesa, prostituée trans, tuée au Bois de Boulogne
Vanesa, prostituée trans, tuée au Bois de Boulogne © AFP - Lionel Bonnaventure

Paris, France

Après le meurtre de Vanesa Campos, une prostituée transsexuelle, dans la nuit du 16 au 17 août dernier au Bois de Boulogne près de la Porte de la Muette, huit personnes ont été interpellées et placées en garde à vue le 21 août dans le cadre de l'enquête de la brigade criminelle. À l'issue des gardes à vue, cinq personnes ont été déférées au parquet de Paris, qui a alors ouvert une enquête pour meurtre commis en bande organisée et vols en réunion avec dégradations. 

Les cinq suspects ont été mis en examen et placés en détention provisoire, selon les réquisitions du parquet. La prostituée transgenre avait été mortellement blessée alors qu'elle s'était interposée, pour tenter de protéger un client agressé par des voleurs. 

Une manifestation de soutien à la jeune femme, d'origine péruvienne,  avait été organisée le vendredi 24 août par des centaines de travailleurs et travailleuses du sexe pour demander justice pour Vanesa.