Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Paris : deux suspects déférés dans l'enquête sur deux coffee shops

mercredi 27 juin 2018 à 15:00 - Mis à jour le mercredi 27 juin 2018 à 16:06 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Deux personnes vont être présentés à un juge après une opération de contrôle menée dans deux coffee shops parisiens qui vendent des produits issus du cannabis. La garde à vue d'un troisième suspect a été prolongé.

Police
Police © Maxppp -

Paris, France

Deux des trois suspects interpellés dans le cadre d'une enquête sur deux coffe shops ont été déférés jeudi soir . Et cela en vue d'être présenté à un juge. Le troisième suspect est lui toujours en garde à vue. 

La brigade des stupéfiants a mené mercredi matin une opération de contrôle dans deux boutiques parisiennes. Trois personnes ont été placées en garde à vue. La première après un contrôle dans le coffee shop de la rue Amelot (11e arrondissement). Les deux autres personnes ont été arrêtées et placées elles-aussi en garde à vue dans une opération menée dans un établissement rue Aboukir (2e arrondissement).

Les deux coffee shops ont été fermés immédiatement. 

Ces coups de filet font suite à une enquête préliminaire ouverte le 11 juin 2017. Le parquet de Paris avait ouvert cette enquête pour une première boutique parisienne qui vendait un dérivé du cannabis. La police voulait savoir si ces boutiques respectaient bien la législation, autrement dit si le taux de cannabis présent dans leur produit n'était pas trop élevé.                       

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, avait rappelé mardi sur franceinfo qu'elle souhaitait l'interdiction de la vente de produits à base de cannabis. "On va leur demander d’arrêter de vendre des stupéfiants", avait-t-elle dit.