Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Paris : enquête ouverte après la diffusion d'une vidéo montrant des policiers frapper une personne à terre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Ce vendredi, le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête judiciaire après la diffusion d'une vidéo montrant une personne à terre, frappée par deux policiers. La scène s'est déroulée lors de la manifestation contre la réforme des retraites jeudi. L'IGPN a été saisie.

Des policiers lors de la manifestation du 5 décembre 2019 à Paris.
Des policiers lors de la manifestation du 5 décembre 2019 à Paris. © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium

Paris, France

La vidéo a été vue des milliers de fois sur Youtube, elle a également été très partagée sur les réseaux sociaux. Tournée par un photo-reporter indépendant, on y voit deux policiers frapper une personne au sol lors de la manifestation contre la réforme des retraites jeudi à Paris. Selon son auteur, les images ont été tournées boulevard Magenta, près de la place de la République.

Sur cette vidéo, l'homme à terre reçoit des coups de pied et de matraque des forces de l'ordre. Les policiers repartent ensuite sans l'interpeller.

La police des polices saisie de l'enquête

Une enquête judiciaire a été ouverte pour "violences par personnes dépositaires de l'autorité publique", a annoncé vendredi le parquet de Paris. Elle a été confiée à l'IGPN.

"Le ministre de l'Intérieur fait toute confiance à l'Inspection générale de la police nationale, sous l'autorité de la justice, pour faire la lumière sur les conditions de cette intervention", a déclaré l'entourage de Christophe Castaner à l'AFP.

Selon nos confrères de franceinfo, le préfet de police a lui aussi saisi l'IGPN pour mener une enquête administrative.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu