Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Victime d'un malaise cardiaque lors de son interpellation à Paris, le conducteur du scooter est mort

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu, France Bleu Paris

Cédric, l'homme qui a fait un malaise cardiaque lors de son interpellation par des policiers vendredi à Paris, est mort dans la nuit de samedi à dimanche. Son avocat lance un appel à témoins.

Voiture de police (photo d'illustration)
Voiture de police (photo d'illustration) © Radio France

Âgé de 40 ans et père de famille, Cédric avait fait un malaise cardiaque vendredi à Paris, pendant une interpellation de police. Entre la vie et la mort à l'hôpital Georges Pompidou depuis, Cédric est finalement décédé aux alentours de 3h30 dans la nuit de samedi à dimanche, annonce son avocat, Arié Alimi. Ce dernier avait lancé samedi un appel à témoin sur Twitter pour essayer de comprendre le déroulement des faits.

Sur franceinfo, l'avocat était revenu samedi sur les hypothèses possibles de ce malaise cardiaque pendant l'arrestation : "pendant ce contrôle de police, le cerveau de Cédric n'a plus été suffisamment oxygéné pendant plusieurs minutes et il y a plusieurs raisons possibles. Il a peut-être fait l'objet d'un geste technique, comme on dit dans le jargon policier, une clé d'étranglement, un plaquage ventral ou d'autres gestes qui mènent souvent à l'asphyxie et qui conduisent quelques fois aussi au décès des personnes qui en sont victimes."

Une enquête confiée à l'IGPN

L'IGPN, l'Inspection générale de la police nationale, a été saisie vendredi, pour tenter de comprendre précisément le déroulement des faits. Selon la police, Cédric, le conducteur du scooter, se trouvait au téléphone quand il a été arrêté. Il était "irrespectueux et agressif" selon les policiers qui ont décidé de l'interpeller pour outrage. Il a été victime d'un malaise cardiaque et les policiers l'ont alors pris en charge avant d'appeler les secours, qui l'ont conduit à l'hôpital.

La version de la police est jugée "relativement étrange" par Maître Arié Alimi "par rapport aux premiers éléments médicaux obtenus et qui correspondent plutôt à un syndrome d'hypoxie, autrement dit l'arrêt de l'alimentation en oxygène du cerveau".

"C'est la raison pour laquelle nous cherchons à obtenir des témoins qui ont pu assister à la scène qui s'est déroulée vendredi, entre 9h40 et 10h10. Il a fait l'objet d'un contrôle de police à l'angle de l'avenue de Suffren et du Quai Branly à Paris. C'est un lieu de passage important, à une heure de passage importante, donc il est probable que plusieurs personnes soient passées devant cette opération."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu