Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Paris : les enfants des rues sèment la pagaille à Barbès

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

C'est un phénomène auquel les autorités sont confrontées depuis un peu plus d'un an : l'arrivée de mineurs isolés, toxicomanes, qui refusent toute prise en charge. La situation s'est dégradée ces dernières semaines avec des agressions de plus en plus violentes dans le quartier de la Goutte d'Or.

Le square Alain Bashung longtemps squatté a été fermé
Le square Alain Bashung longtemps squatté a été fermé © Radio France - Faustine Calmel

Goutte d'Or, Paris, France

Quitter la Goutte d'Or dans le 18ème arrondissement de Paris, Mireille* n'y aurait jamais songé. Mais après deux agressions en un mois, sur elle et sur sa fille de quinze ans, elle y réfléchit : "la première fois c'était un dimanche soir, j'ai vu trois de ces jeunes sur le trottoir et j'ai senti une menace alors nous avons fait demi-tour, mais juste après l'un d'eux a sauté à la gorge de ma fille, peut-être pour lui prendre son collier; Elle s'est dégagée, s'est mise à pleurer, nous sommes parties en courant. le lendemain nous avons déposé plainte, mais désormais je ne suis plus tranquille dans la rue, et elle non plus. Elle trouve très injuste de ne plus pouvoir se promener librement dans son quartier".

Ce sentiment d'une situation qui devient plus violente, de nombreux habitants la partagent. Ils sont d'ailleurs plus de 1.600 a avoir signé la pétition lancée par Lan Ahn, une riveraine, pour demander "Une solution durable pour la sécurité et la salubrité du quartier Goutte d’Or/La Chapelle". 257 commerçants ont aussi co-signé un texte qui dénonce les cambriolages, les braquages, les clients volés en terrasse, et l'impact sur leur activité économique. "Le risque c'est bien que des commerçants du quartier ferment boutique" assure Jacques Desse, libraire à la Goutte d'Or, "les autorités ont mis trop longtemps à réagir, on est arrivés à une situation intenable".

Une situation qui se dégrade, malgré l'action des autorités

Depuis un peu plus d'un an, ces enfants arrivent à la Goutte d'Or. Des Marocains pour beaucoup, entre 8 et 17 ans pour la plupart, majoritairement des garçons mais depuis quelques semaines des filles aussi s'installent dans le quartier. Des "enfants des rues", polytoxicomanes, qui sniffent de la colle ou prennent des médicaments, se bagarrent violemment, dorment dehors.

Au mois de décembre dernier, la Ville de Paris a débloqué près de 700.000 euros pour un plan d'urgence. Un centre d'accueil a ouvert, des éducateurs vont à leur rencontre pour les convaincre de se faire aider, d'être pris en charge, accompagnés. Selon la mairie du 18ème arrondissement, une quarantaine auraient ainsi rejoint le circuit de l'Aide sociale à l'enfance. Mais depuis un peu plus d'un mois, de nouveaux mineurs sont arrivés. "C'est très compliqué", explique le maire socialiste du 18ème, Eric Lejoindre, "nous travaillons avec la préfecture de police, avec la Ville de Paris, mais ces enfants refusent toute prise e charge et en l'état actuel de la loi, nous ne pouvons pas les obliger à rejoindre un centre d'accueil de jour ou de nuit". Le maire se trouve donc sans les outils juridiques pour faire face à cette situation, et demande à la ministre de la Justice de réfléchir à un texte permettant une prise en charge de ces enfants, sans leur consentement.

Les riverains, eux, admettent que des actions sont menées. Mais constatent qu'elles n'ont eu jusqu'à présent que peu d'effet. Ce qui rend les choses encore plus inquiétantes.

* Le prénom a été changé

Choix de la station

France Bleu