Faits divers – Justice

Paris-Roubaix : plainte de la SNCF après le franchissement par des coureurs d'un passage à niveau fermé

Par Marina Cabiten, France Bleu Nord et France Bleu Picardie lundi 13 avril 2015 à 9:59

Des coureurs ont franchi un passage à niveau fermé durant le Paris-Roubaix
Des coureurs ont franchi un passage à niveau fermé durant le Paris-Roubaix © France 3/capture d'écran

La SNCF a annoncé lundi avoir décidé de porter plainte contre X à la suite du franchissement dimanche par plusieurs coureurs de Paris-Roubaix d'un passage à niveau fermé sur la commune de Wallers (Nord).

"Lors de la course cycliste Paris-Roubaix qui s'est disputée hier, plusieurs coureurs ont franchi délibérément et contrairement à toutes les règles de sécurité un passage à niveau fermé", indique la SNCF lundi, dans un communiqué expliquant qu'elle porte plainte contre X.   

Peloton fractionné

Le passage d'un TGV qui a provoqué la fermeture des barrières automatiques a fractionné dimanche le peloton de Paris-Roubaix dont une partie a forcé le passage malgré l'interdiction réglementaire. "De tels agissements sont au minimum passibles d'une contravention pénale" , a souligné la SNCF ajoutant que ce type d'"infractions au code de la route ont causé en 2014, la mort de 29 personnes" . La SNCF a souligné avoir "décidé de porter plainte contre X, laissant le soin à l'enquête de déterminer la nature des responsabilités en cause, comme leurs auteurs" .   

Un TGV qui passe quelques secondes plus tard

De nombreux coureurs sont passés outre le feu rouge, ce qui est interdit sous peine de déclassement, avant que les officiels ne bloquent les autres concurrents, quelques secondes avant le passage du TGV. "Des millions de téléspectateurs ont pu constater en direct cette infraction extrêmement grave et irresponsable qui aurait pu être tragique. En effet quelques secondes après, un TGV circulait sur cette voie et aurait pu percuter le peloton" , ajoute la SNCF.  

***"Il n'a pas été possible aux coureurs de tête de s'arrêter dans des conditions de sécurité suffisantes"** * , a estimé dimanche après l'arrivée le président du jury des commissaires, le Belge Guy Dobbelaere. *"Le peloton se trouvait à 10 mètres lorsque les barrières ont commencé à se fermer"* .    *"En neutralisant la course pendant quelques instants, pour ne pas pénaliser ceux qui se sont arrêtés, on a respecté l'esprit du règlement"* , a pour sa part jugé le directeur de course Thierry Gouvenou.