Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

INFO FRANCE BLEU PARIS - Agressions transphobes dans le 17ème arrondissement, la garde à vue d'un suspect prolongée

jeudi 29 mars 2018 à 19:59 Par Armêl Balogog, France Bleu Paris et France Bleu

Un homme est en garde en vue depuis jeudi, dans le cadre d'une enquête sur des agressions transphobes dans le 17ème arrondissement de Paris. Les agressions ont été filmées et relayées sur les réseaux sociaux.

Un homme en garde à vue après des agressions transphobes à Paris - Capture d'écran de la vidéo
Un homme en garde à vue après des agressions transphobes à Paris - Capture d'écran de la vidéo

Paris, France

Les faits remontent à deux mois au moins mais ils ne sont connus que depuis le mardi 27 mars. Des internautes signalent à Stop Homophobie et à l'Amicale des Jeunes du Refuge une vidéo qui circule sur le réseau social Snapchat, dans laquelle on voit plusieurs personnes agresser des femmes transgenres, en se revendiquant d'appartenir à une "brigade anti trav".

Une garde à vue et plusieurs plaintes de victimes

L'Amicale décide alors de dénoncer ces actes sur les réseaux sociaux, et avec l'aide des internautes, retrouve le lieu de l'agression dans le 17ème arrondissement de Paris. Elle publie un message sur Twitter en alertant le maire, Geoffroy Boulard, qui condamne immédiatement des "faits inacceptables".

Le message de l'association est rapidement retweeté plus de 3.000 fois. La vidéo de 20 secondes dépasse les 118.000 vues. Les victimes des agressions tombent sur la vidéo et contactent Stop Homophobie. Elles déposent plainte jeudi 29 mars.

La garde à vue du suspect prolongée jeudi soir

Dans la foulée, la police fait une interpellation. Un homme est placé en garde à vue et son logement est perquisitionné. Selon l'Amicale, ce pourrait être un rappeur habitant l'arrondissement, identifié via son compte Facebook personnel et sur d'autres vidéos tournées dans les mêmes secteurs que les agressions. Jeudi soir, sa garde à garde à vue a été prolongée et de source judiciaire, on précise que de nombreuses investigations sont en cours pour retrouver les coauteurs de l'agression, ainsi que l'auteur de la vidéo mise en ligne.

Ce même jour, la délégation interministérielle contre la haine anti-LGBT a signalé ces actes de violence transphobes au procureur de la République.

Des faits "inacceptables" et "inconcevables" en 2018

"Ma réaction, c'est premièrement de saluer la rapidité [des services de police], cette façon d'avoir mobilisé les services en un temps record, parce que c'est quand même rare", se félicite Mehdi Aïfa sur France Bleu Paris.

"Nous, on espère que tout le groupe va être arrêté, continue le président de l'Amicale des Jeunes du Refuge, mais l'enquête vient de commencer donc on va laisser le temps aussi à la police de faire son travail."

Mehdi Aïfa fait part de sa colère. "C'est inacceptable que ce genre de chose puisse se passer en plein cœur de Paris, dans toute la France et ailleurs dans le monde. Pour moi, c'est inconcevable qu'en 2018 on puisse encore tomber sur des gens qui se lèvent le matin et qui se disent "Venez on va taper du trans dans la rue" en s'intitulant "brigade anti-trans"."

Geoffroy Boulard s'est aussi dit "satisfait" de cette première interpellation. "Il faut que les auteurs de ces faits soient punis." Le maire du 17ème arrondissement assure que c'est la première fois que de tels actes lui sont signalés dans son secteur.