Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Paris : un militaire de l'opération Sentinelle se suicide avec son arme de service

samedi 26 août 2017 à 17:53 - Mis à jour le samedi 26 août 2017 à 20:31 Par Germain Arrigoni, France Bleu Paris, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Un soldat de l'opération Sentinelle âgé de 26 ans s'est suicidé avec son arme de service vendredi soir, a-t-on indiqué de source militaire confirmant une information du Parisien.

Le plan Vigipirate à Paris
Le plan Vigipirate à Paris © Maxppp - Maxppp

D'après les premiers éléments de l'enquête, un soldat de l'opération Sentinelle s'est suicidé avec son Famas peu avant minuit vendredi soir, selon l'Etat-major des armées cité par l'AFP qui confirme une information du Parisien.

Suicide dans une enceinte militaire

Selon franceinfo, le militaire de 26 ans s'est donné la mort dans une enceinte militaire à Paris et non dans les locaux de la Marine nationale comme l'a annoncé le quotidien.

Le soldat était seul dans sa chambre, rue Saint Dominique à Paris, lorsqu'il s'est tiré une balle dans la tête, selon une source proche de l'enquête. D'après la même source, il n'y a pas de témoin direct mais trois de ses camarades ont tenté en vain de le réanimer. Le militaire, sans enfant, faisait partie du 1er régiment de tirailleurs d'Epinal (Vosges).

Le parquet militaire saisi

Le parquet militaire a été saisi. L'enquête est confiée à la gendarmerie. Pour l'instant, les causes du suicide ne sont pas connues. Le parquet militaire pourra, en fonction de l'enquête, soit ouvrir une information judiciaire, soit classé l'affaire sans suite.