Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paris : vingt ans de prison pour l'incendiaire de la rue Myrha

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L'incendiaire de la rue Myrha a été condamné ce jeudi à 20 ans de prison par la cour d'assises de Paris. Huit personnes avaient péri dans les flammes qui avaient dévasté l'immeuble le 2 septembre 2015.

 Incendie de la rue Myrha à Paris en septembre 2015
Incendie de la rue Myrha à Paris en septembre 2015 © AFP - NORMAN GRANDJEAN

Vingt ans de prison, c'est la peine infligée par la cour d'assises de Paris à l'incendiaire de l'immeuble de la rue Myrha où huit personnes avaient perdu la vie.

Le jeune homme de 24 ans qui avait mis volontairement le feu à l'immeuble a aussi été condamné à un suivi socio-judiciaire de douze ans à sa sortie de prison et, en cas de manquement, à une peine de prison de sept ans. 

Durant son procès, l'incendiaire, toujours vêtu d'un t-shirts à l'effigie de la série My Little Pony, n'a pas eu de mots de compassion pour les victimes, se présentant lui même comme "une victime".

Huit personnes ont péri dans cet incendie volontaire

Il y a cinq ans, le 2 septembre 2015, huit personnes dont deux enfants sont mortes dans ce terrible incendie qui a dévasté cet immeuble de la Goutte-d'Or. 

Ce jour-là, vers 04H20 du matin, le jeune homme, locataire d'un studio au deuxième étage de l'immeuble s'était levé avec, selon ses propres mots, "la pulsion de vouloir détruire quelque chose". Il avait mis le feu à une des poussettes entreposées au rez-de-chaussée près de la cage d'escalier avant de remonter se coucher.

L'avocat général avait requis 25 ans de réclusion criminelle, avec une période de sûreté des deux tiers.

Des parties civiles entre soulagement et colère

Pour l'avocat du condamné, "la cour a certainement pris en compte la personnalité particulière de l'homme, de son jeune âge au moment des faits et la nécessité de sa réinsertion". 

Du côté des parties civiles, les réactions oscillent entre le soulagement et la colère. "J'ai un sentiment d'apaisement", a affirmé la mère d'une des victimes de l'incendie. 

"On est pas du tout satisfait", a affirmé de son côté Alassane Tandian, une des victimes de l'incendie. L'accusé s'est "amusé devant nous", a-t-il  déploré. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess