Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Parti combattre Daesh avec les forces kurdes, le Breton Kendal Breizh est mort

dimanche 18 février 2018 à 14:14 Par Julien Balidas, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Les forces kurdes du YPG ont annoncé ce dimanche la mort de Kendal Breizh. Un Breton, dont France Bleu Breizh Izel avait recueilli le témoignage il y a plusieurs semaines. Kendal Breizh avait rejoint les Kurdes pour combattre Daesh en 2017.

Kendal Breizh.
Kendal Breizh. - .

Bretagne, France

C'est par un communiqué que la branche armée du parti YPG a annoncé la mort du Breton. Kendal Breizh est décédé le 10 février dernier, selon les forces Kurdes, dans la région d'Afrin au nord-ouest de la Syrie. Décès non confirmé par le ministère des affaires étrangères ce dimanche après-midi. 

"Il a joué un rôle actif dans la bataille contre Daesh"

Le communiqué précise que "Kendal Breizh a joué un rôle actif dans la bataille contre l'Etat Islamique" à Raqqa notamment. Après Raqqa, il a pris les armes contre l'armée turque. Il était arrivé le 20 janvier dernier à Afrin, toujours selon le YPG. Le Breton s'était formé auprès des forces kurdes. 

L'YPG a également annoncé la mort d'un Espagnol, Baran Galicia, et d'un Néerlandais, tous deux âgés de 25 ans. Kendal Breizh avait lui 41 ans. Environ 200 combattants étrangers sont engagés en Syrie aux côtés des forces kurdes pour lutter contre le groupe Etat islamique.

RELIRE / EXCLU - Le témoignage de Kendal Breizh en 2017

"Prêt à mourir pour mes idées"

France Bleu Breizh avait recueilli son témoignage l'été dernier. Le Breton se disait prêt à mourir et "donner sa vie" pour ses idées. Mais n'est-ce pas un peu fou ? "Oui, si ça veut dire que mourir pour ce que l'on croit est de la folie"; répondait-il alors. 

France Info l'a rencontré quelques semaines avant sa mort. - Radio France
France Info l'a rencontré quelques semaines avant sa mort. © Radio France - ERIC AUDRA