Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mouvement de foule à Cannes : "Pas d'attentat, simplement un phénomène de folie collective" pour David Lisnard

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Il n'y a eu ni attentat, ni fusillade à Cannes. Le maire de la commune, David Lisnard, dément formellement ces rumeurs qui agitent les réseaux sociaux depuis lundi soir. Il y a en revanche eu un mouvement de panique parce qu'un homme a crié "Coups de feu, fusillade !"

Il n'y a eu ni attentat, ni fusillade à Cannes. Le maire de Cannes dément formellement ces rumeurs qui agitent les réseaux sociaux ce lundi soir.
Il n'y a eu ni attentat, ni fusillade à Cannes. Le maire de Cannes dément formellement ces rumeurs qui agitent les réseaux sociaux ce lundi soir. © Maxppp - Dylan Meiffret

"Il n'y a eu ni attentat ni même coup de feu, ni même altercation, simplement un phénomène de folie collective qui en dit long sur l'état de tension qui règne dans notre société". David Lisnard, le maire de Cannes, rassure et dément fermement les rumeurs qui circulent activement sur les réseaux sociaux. Retour sur cet impressionnant mouvement de panique.

"Simplement un phénomène de folie collective qui en dit long sur l'état de tension qui règne dans notre société."

Lundi soir, sur la Croisette de Cannes, près de la mairie, il est environ de 23h30 quand soudain, une personne crie : "Coups de feu, fusillade !" Ces trois mots déclenchent un mouvement de foule, confirme David Lisnard. 

"Des gens ont couru dans toute la ville comme on l'a hélas vécu il y a deux ans dans le Carré d'or et aussi à Juan-les-Pins après l'attentat du 14 juillet (à Nice, NdlR)." 

Certains se blessent en tombant. Quelque 98 pompiers sont mobilisés pour les prendre en charge. Il y aurait une trentaine de blessés légers, selon un premier bilan établi ce mardi à 2h30 du matin. Ils ont été évacués vers les hôpitaux de Cannes, Grasse et Antibes. 

D'autres personnes se réfugient dans les hôtels et restaurants. Les clients effrayés se cachent sous les tables. Aussitôt, les premières images circulent sur les réseaux sociaux. Certaines vidéos montrent des mouvements de foule. Sur une autre vidéo, on voit des hommes armés, sur ce qui ressemble à Croisette. Ont-elles toutes été tournées à Cannes ce lundi ?

Difficile de démêler le vrai du faux. Les publications sont partagées par de nombreux internautes. Le réseaux social Twitter comptabilisait 24.000 tweets avec le hashtag "#Cannes" ce mardi à 1h, puis, 52.000 à 2h.

"Les polices nationale et municipale sont intervenues puisqu'une des rumeurs sur les réseaux sociaux, qui deviennent parfois un fléau, était qu'il y avait un forcené dans un hôtel. Et en l’occurrence c'était archi-faux."

Les fausses informations, les rumeurs se propagent sur internet mais également de part et d'autres de la Croisette. "Les polices nationale et municipale sont intervenues puisqu'une des rumeurs sur les réseaux sociaux, qui deviennent parfois un fléau, était qu'il y avait un forcené dans un hôtel. Et en l’occurrence c'était archi-faux", explique David Lisnard. 

Le préfet des Alpes-Maritimes a également réagi. Bernard Gonzalez appelle à "ne pas diffuser de fausses rumeurs"

Le calme est revenu progressivement dans la nuit cours Félix Faure, selon Thierry Migoule, directeur de cabinet de David Lisnard.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess