Faits divers – Justice

Pas d'irrégularités comptables à la Fondation du Patrimoine du Limousin

Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin jeudi 19 janvier 2017 à 21:12

L'audit de KPMG ne révèlent pas d'irrégularités comptables mais la justice poursuit son enquête
L'audit de KPMG ne révèlent pas d'irrégularités comptables mais la justice poursuit son enquête © Maxppp - Josselin Clair

Selon l'audit mené par un commissaire aux comptes, il n'y a pas d'irrégularités comptables à la Fondation du Patrimoine du Limousin. Mais les accusations de Médiapart à l'encontre de l'ancien délégué régional, Jean-Claude Boisdevésy, ne tombent pas pour autant et la justice poursuit son enquête.

Il n'y a pas eu d'irrégularités comptables à la Fondation du Patrimoine du Limousin. C'est ce qui ressort de l'audit mené par un commissaire aux comptes du cabinet KPMG et présenté ce jeudi lors du conseil d'administration national de la Fondation.

Le résultat de cette étude était très attendu depuis l'article de Médiapart, début décembre, qui pointait les pratiques de l'ancien délégué régional Jean-Claude Boisdevésy, l'accusant d'enrichissement personnel sur le dos de la Fondation (dont le but est de collecter des fonds pour la restauration du patrimoine).

Un audit comptable, rien de plus

Pour autant, la Fondation du Patrimoine elle-même relativise la portée de cet audit et explique que, certes, le commissaire aux comptes n'a décelé aucune irrégularité comptable mais que ce n'est pas à lui, ni à la Fondation, de dire si l'ancien délégué régional a commis des infractions pénales dans sa gestion et dans ses pratiques. Sous entendu : ce sera à la justice de le faire s'il y a lieu puisque le parquet de Limoges a ouvert une enquête. Des proches de la Fondation précisent d'ailleurs que de très nombreuses pièces ont été fournies aux gendarmes de Limoges dans le cadre de cette enquête.

Rappelons que Médiapart évoque un enrichissement personnel de Jean-Claude Boisdevésy d'environ 500 000 euros sur les 5 dernières années, avec notes de frais abusives, des conflits d'intérêts, ou encore des fraudes à l'impôt...

"De simples allégations" a répondu Jean-Claude Boisdevésy il y a quelques jours, se disant "serein et pas du tout inquiet".