Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Arras: le responsable du centre de déminage mis en cause dans une affaire de détournement d'armes

-
Par , France Bleu Nord

C'est le magazine Le Point qui a révélé l'information: unpolicier aurait été interpellé à Arras après la découverte d'une grande quantité d'armes qui avaient été placées sous scellés. Certaines étaient destinées à la destruction mais on les a retrouvées dans un hangar du centre de déminage.

des détonateurs, des pistolets mitrailleurs ou des 357 Magnum ont été retrouvés dans la cachette
des détonateurs, des pistolets mitrailleurs ou des 357 Magnum ont été retrouvés dans la cachette © Maxppp - Pierre HECKLER

Arras, France

C'est une information anonyme, en septembre dernier, qui a alerté les responsables de la sécurité civile. Une information qui évoquait un stockage illégal d'armes au centre de déminage d'Arras. Au cours d'une inspection inopinée, les enquêteurs découvrent en effet une centaine d'armes et de munitions dans un préfabriqué géré par les démineurs. L'enquête confiée au SRPJ de Lille et à l'IGPN met en évidence que toutes ces armes portent des numéros de scellés, preuves qu'il s'agit de matériel saisi par la justice, et certains de ces scellés sont en rapport avec de vieilles affaires mettant en cause l'organisation séparatiste basque ETA.

Le rapprochement avec le directeur du service de déminage est rapidement fait: arrivé dans le Pas-de-Calais il y a deux ans, l'homme occupait précédemment les mêmes fonctions au Pays-Basque! Il a d'ailleurs rapidement reconnu avoir transporté ces armes dans un camion au moment de sa mutation.

Il ne s'agit pas d'un trafic d'armes mais d'un détournement de scellés...

Saisi, le procureur la République d'Arras a renoncé à ouvrir une information pour trafic d'armes. "Elles étaient démilitarisées et donc hors d'usage, détaille André Lourdelle, il s'agit d'un simple recel de scellés". Le fonctionnaire a reconnu les faits, il a expliqué être un collectionneur passionné

En arrêt maladie depuis la découverte des faits, l'officier de police a fait l'objet d'une mise à la retraite d'office lors d'une récente commission de discipline. De son côté le procureur d'Arras a prévu de le convoquer pour une audience de Comparution sur Reconnaissance Préalable de Culpabilité (CRPC) dans le courant du mois d'Avril.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu