Faits divers – Justice

Pas de preuve matérielle contre "la veuve noire de l'Isère"

Par Isabelle Gaudin, France Bleu Isère mercredi 16 avril 2014 à 9:43

Manuela Gonzalez comparait jusqu'à vendredi devant les assises de l'Isère pour l'assassinat de son mari
Manuela Gonzalez comparait jusqu'à vendredi devant les assises de l'Isère pour l'assassinat de son mari © Maxppp

La cour d'assises de l'Isère a examiné mardi les charges pesant sur Manuela Gonzalez, surnommée "la veuve noire de l'Isère" . Elle est accusée d'avoir tué son mari en octobre 2008. Mais même s'il y a des indices troublants, il n'y a pas de preuve matérielle qui la relie à l'incendie de la voiture dans laquelle on a trouvé le corps de son mari à Villard-Bonnot (Isère).

Des indices troublants mais pas de preuve

C'est ce qui ressort de la deuxième journée du procès de Manuela Gonzalez devant les assises de l'Isère à Grenoble. Cette femme de 53 ans, surnommée "la veuve noire de l'Isère", avait un mobile pour tuer son mari, mais il n'y a pas d'élément matériel qui la relie à l'incendie de la voiture dans laquelle on a retrouvé son conjoint, le 31 octobre 2008 à l'aube, à 100 m de leur maison de Villard-Bonnot.

Mardi, Joël Graillat, adjudant-chef à la section de recherche de la gendarmerie de Grenoble a expliqué comment les enquêteurs en sont venus à s'intéresser à Manuela Gonzalez. Elle avait contracté énormément de dettes et fréquentait les casinos plusieurs fois par semaine. Et avant la mort de son mari, plusieurs dizaines de milliers d'euros ont été virés de son compte vers celui de Manuela Gonzalez. Des virements qui ont continué après l'assassinat de son époux.

"Mais à part des déductions, vous avez quoi ? " - Maître Gallo, avocat de la défense

Et en fouillant dans le passé de l'Isèroise, les gendarmes découvrent des ressemblances avec la mort de deux de ses anciens compagnons. Mais malgré un faisceau concordant d'éléments, il n'y a pas de preuves démontrant l'implication de Manuela Gonzales dans l'assassinat son mari. Ce qui fait dire à Maitre Gallo, l'avocat de la défense, "Mais à part des déductions, vous avez quoi ? ". Le verdict est attendu vendredi. 

Assises 2èJ papier Bilan