Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pas de renvoi aux assises de Bordeaux, une mère de famille va devoir répondre du meurtre de sa fille à Barsac en 2015

-
Par , France Bleu Gironde

Ce mardi matin, la cour d'assises de la Gironde a décidé de ne pas renvoyer ce deuxième procès de cette mère de famille qui a abattu sa fille Manon (9 ans) d'une balle de carabine, en bord de route à Barsac le 9 mars 2015.

Le procès de l'infanticide de Barsac a bien lui, la cour d'assises de la Gironde a rejeté le renvoi
Le procès de l'infanticide de Barsac a bien lui, la cour d'assises de la Gironde a rejeté le renvoi © Radio France

Bordeaux, France

Il y a un an, le procès avait duré à peine une matinée, avant d'être reporté car l'état psychologique de l'accusée, âgée de 37 ans aujourd'hui, avait été jugée incompatible avec la tenue des débats. Lors de la première audience,   la cour d'assises avait acté le report, arguant que l'accusée n'était "pas en capacité de comprendre et de répondre aux questions". La cour avait alors réclamé qu'une "expertise complète" soit réalisée pour préciser son état.  Ce qui a été fait depuis, par deux médecins qui ne l'avaient jamais vue jusqu'ici, et qui ont conclu, à son irresponsabilité au moment des faits.

Aujourd'hui, les juges des assises en ont décidé autrement. La demande de renvoi a été rejetée et procès s'est bien ouvert. 

Pourquoi ? 

Le président de la cour d'assises a indiqué qu'il  se déroulerait en deux temps : examen de la personnalité de l'accusée et examen précis des faits. Il s'est tourné ensuite vers le box où se trouvait la mère de famille s'adressant à elle : "Il est important de savoir ce qui s'est passé. Il faut rassembler vos souvenirs pour répondre à la question pourquoi ?" Suite au rappel des faits, en ouverture d'audience, Aurélie, la mère, n'a pas fait de déclarations.

Qu'avait-elle en tête ? Voulait-elle aller jusqu'à Villenave d'Ornon, pour se venger de son père qui l'aurait agressé sexuellement quand elle était petite. Un souvenir jusqu'ici enfoui, qui lui serait revenu à l'esprit à la découverte d'une tâche de sang sur un sous-vêtement de Manon ? C'est une des versions données devant les enquêteurs. Elle avait également parlé d'un accident pour le coup de carabine. Ce qu'ont contredit les experts en balistique.

L'accusée encourt la perpétuité pour meurtre d'une mineure de moins de 15 ans.