Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Pas de tensions particulières dans la maison d'arrêt de Tours, malgré les mesures prises contre le Covid-19

-
Par , France Bleu Touraine

L’épidémie de Covid-19 ne semble pas susciter de tensions particulières à la maison d’arrêt de Tours, contrairement à ce qui se passe dans plusieurs autres départements français. L’administration pénitentiaire et les syndicats de surveillants estiment que tout se déroule aussi bien que possible.

A la maison d'arrêt de Tours, il n'y a pour l'instant aucun cas de Covid-19
A la maison d'arrêt de Tours, il n'y a pour l'instant aucun cas de Covid-19 © Radio France - François Desplans

Evidemment, même à l'intérieur de l'établissement pénitentiaire, il a fallu adapter le quotidien depuis le début de l'épidémie : les parloirs et les visiteurs de prison sont interdits depuis une semaine, et la seule activité maintenue, c’est le football, à tour de rôle, dans la cour de la maison d’arrêt.  Tout le reste a été stoppé : l’atelier dans lequel une quinzaine de détenus travaillent, les quelques cours donnés par des représentants de l’éducation nationale, et le sport dans la salle de musculation, trop confinée.

Les syndicats indiquent que du gel hydroalcoolique est à la disposition des gardiens. Il y a aussi des masques, en stock, mais pas utilisés pour l’instant. La direction préconise en effet de garder les masques en réserve jusqu'à l'éventuelle détection d'une contamination. Une prudence que regrette un syndicaliste qui souligne par ailleurs qu'il est impossible de toujours maintenir plus d'un mètre de distance avec les détenus.

"Si un jour on a un malade, la situation pourrait se tendre d'un coup, évidemment" dit un syndicaliste

C’est d’ailleurs sans doute parce que personne n’est malade que l’ambiance reste sereine, même si les détenus manquent incontestablement du contact physique avec leurs proches : un manque qu’ils compensent grâce aux téléphones installés il y a 4 mois dans chaque cellule : un nombre record d’appels téléphoniques a d’ailleurs été enregistré dimanche 22 mars.

Selon la Direction Inter-Régionale de l'Administration Pénitentiaire, il y a cette semaine 265 détenus à la maison d'arrêt de Tours. 26 de moins que la semaine précédente. Le Procureur de Tours, Grégoire Dulin, précise que cette baisse s'explique par plusieurs facteurs : d'une part, il n'y a presque plus de nouvelles incarcérations depuis le début du confinement, compte tenu de la chute du nombre de gardes à vue et de comparutions immédiates. D'autre part, des aménagements de peine déjà en cours avant le confinement ont conduits à quelques libérations conditionnelles. Grégoire Dulin précise par ailleurs qu'il attend les ordonnances qui devraient sans doute être signées demain en conseil des ministres et faciliter l'octroi de réduction de peine et l'assouplissement des mesures d'aménagement de peine.

La prison de Tours reste actuellement très surpeuplée, puisqu'elle ne compte officiellement que 145 places.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu