Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Patrick Balkany reste en prison après le rejet de sa deuxième demande de remise en liberté

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Patrick Balkany reste en prison. La justice a refusé, ce mercredi, sa deuxième demande de remise en liberté, après sa condamnation dans le volet blanchiment de son procès. Il compte déposer une nouvelle demande, indique son avocat.

Patrick Balkany, lors de son procès.
Patrick Balkany, lors de son procès. © AFP -

La justice a refusé, ce mercredi, la deuxième demande de remise en liberté de Patrick Balkany, après sa condamnation pour blanchiment. Il restera donc incarcéré à la prison de la Santé à Paris. Fin octobre, la justice avait accepté la première demande de remise en liberté de Patrick Balkany dans le cadre de sa condamnation pour fraude fiscale. L'avocat du maire de Levallois-Perret, Éric Dupond-Moretti, a affirmé qu'il comptait déposer une nouvelle demande de remise en liberté.

Une demande "recevable" sur la forme mais "non fondée"

"Le maintien en détention de Patrick Balkany est ordonné", a indiqué le président de la Cour d'appel de paris, , jugeant la demande du maire "recevable" sur la forme mais "non fondée". Le président n'a pas expliqué les motivations de la cour, et s'est borné à citer l'article 144 du code de procédure pénale, qui indique notamment la possibilité de maintien en détention pour "empêcher une concertation frauduleuse entre la personne mise en examen et ses coauteurs ou complices" ou pour "garantir le maintien de la personne mise en examen à la disposition de la justice".

"Nous ne comprenons pas cette décision de maintien en détention. Nous allons immédiatement déposer une deuxième demande de mise en liberté pour Patrick Balkany", a déclaré à l'AFP Eric Dupond-Moretti.

Balkany n'aurait pas pu sortir de prison immédiatement 

Même si cette remise en liberté avait été acceptée, Patrick Balkany n'aurait pas pu sortir immédiatement de la maison d'arrêt parisienne de la Santé. Il avait lui-même anticipé la difficulté, affirmant à l'audience du 5 novembre dernier qu'il craignait d'être "obligé de rester au trou" jusqu'à son procès en appel, ne parvenant pas à réunir la caution de 500.000 euros exigée comme préalable à sa libération sous contrôle judiciaire dans le cadre de sa première demande, dans le volet fraude fiscale de son dossier.

Deux lourdes condamnations 

Patrick Balkany a été condamné deux fois : à quatre ans de prison pour fraude fiscale avec incarcération immédiate le 13 septembre, puis à cinq ans de prison pour blanchiment aggravé avec un nouveau mandat de dépôt le 18 octobre. Pour chacune de ses condamnations, il a déposé une demande de libération. La cour d'appel de Paris a fait droit fin octobre à la première des deux demandes, tout en l'assortissant de lourdes conditions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu