Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pau : Décès d'Emeline Perfeito, la gynécologue obstétricienne sera jugée pour homicide involontaire

-
Par , , France Bleu Béarn

Après 7 années de procédure et d'expertises contradictoires, les parents d'Émeline obtiennent un procès pour le décès de leur fille. La chambre de l’instruction de Pau vient de renvoyer en correctionnelle la gynécologue de la polyclinique de Navarre pour homicide involontaire.

Les parents et le frère d'Emeline avec leurs avocats.
Les parents et le frère d'Emeline avec leurs avocats. © Radio France - Daniel Corsand

Le  17  juin 2012, Émeline Perfeito, 24 ans, succombe à une occlusion intestinale à la polyclinique de Navarre de Pau. La veille, elle avait perdu son bébé. La gynécologue qui la suivait, avait cru que ses douleurs abdominales étaient dues à la grossesse.  Elle avait en fait des antécédents intestinaux, d'une précédente opération, qui n'auraient pas suffisamment été pris en compte par le médecin. 

Des douleurs prises pour des contractions

"Émeline a été transportée à la clinique par les pompiers deux jours avant le terme de sa grossesse. Elle se plaignait d'horribles douleurs au ventre, des douleurs qui n'avaient rien à voir avec des contractions", se souvient José, le père de la jeune femme. Émeline est placée sous monitoring mais sa gynécologue obstétricienne, un médecin très expérimenté, estime que les douleurs sont dûs aux contractions. Émeline souffrait en fait d'une occlusion intestinale. Le bébé est mort d'abord, Émeline plus tard dans la nuit. Convaincu que sa fille, dont la fragilité intestinale était avérée, a été victime d'une fatale erreur de diagnostic et de négligences, les parents décident de porter plainte. 

Une bataille d'experts

Depuis 7 ans, José Perfeito et Bernadette Garcia, les parents d'Emeline réclamaient des explications. Dans ce dossier, il y a eu trois expertises dans le cadre de l'instruction. Le premier médecin légiste a considéré tout d'abord qu'il y avait eu "une erreur de diagnostics flagrante". Deux contre-expertises sont beaucoup plus nuancées. En octobre 2018, le juste d'instruction décide finalement, de suivre l'avis du parquet et de rendre un non lieu. Les parents ne baissent pas les bras, contre l'avis même d'une partie de leurs avocats, ils font appel. Un complément d'information est ordonné, de nouvelles auditions ont lieu et finalement ils auront bien droit à un procès qui devrait se tenir dans quelques mois. 

"On s'est battu contre une montage", explique José Perfeito. "Cela fait 7 ans qu'on attend ce moment. Je voulais un procès, que la justice soit rendue. Je veux que cette tragique affaire serve à d'autres et qu'on en tire des leçons. Ma fille était une battante, une personne sensible aux injustices, je pense tout le temps à elle, j'en suis sûr que là où elle est, elle me dit vas-y". 

Le témoignage de José Perfeito

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu