Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Pau : encore une mobilisation à la fac pour un étudiant étranger menacé d'expulsion

mercredi 10 janvier 2018 à 17:49 Par Mathias Kern, France Bleu Béarn

En pleine période d'examens, des étudiants et des professeurs de la faculté de Pau se mobilisent encore une fois pour soutenir Mouad Aktaou, un étudiant marocain menacé d'expulsion. Déjà fin 2017, une étudiante marocaine, a obtenu une régularisation de sa situation, après une mobilisation.

Mouad Aktaou (à droite) est en Béarn depuis 5 ans.
Mouad Aktaou (à droite) est en Béarn depuis 5 ans. © Radio France - MK

Pau, France

La période des partiels a commencé à l'université de Pau. Mais des étudiants et des profs de la fac ont choisi de consacrer du temps pour aider un étudiant étranger menacé d'expulsion. Mouad Aktaou est arrivé en Béarn il y a 5 ans, pour ses études.

"Aujourd'hui, on met en péril mon avenir. J'ai bien prouvé que j'étais assidu et un étudiant qui méritait de rester." — Mouad Aktaou

Il est désormais en 3e année d'AES, la licence administration économique et sociale. Mais aujourd'hui, il n'a plus de papiers pour rester en France, et a reçu depuis mai 2016, une OQTF, une obligation de quitter le territoire français.

"Psychologiquement, ce n'est pas facile de réviser en ce moment" — Mouad Aktaou, étudiant marocain

Une autre étudiante marocaine régularisée en 2017

Son cas en rappelle d'autres. Déjà à la fin de l'année 2017, la mobilisation de la communauté universitaire a permis à Hidayatte Kebdani, étudiante marocaine, de régulariser sa situation. Pour Mouad Aktaou, le motif d'un "manque de sérieux et de poursuite d'études réelle" lui a été précisé. Mais il espère que son dossier sera ré-étudié pour pouvoir finir ses études en France, au moins jusqu'à la fin de l'année scolaire. 

Pour soutenir l'étudiant, une pétition a été mise en ligne sur le site change.org. La mobilisation continue aussi ce jeudi après midi, avec un rassemblement prévu à la fac, à 14h, au moment où se tient un conseil d'administration de l'université.

Cyrille Marconi, professeur d'histoire du droit à l'université de Pau, a été à l'origine de la mobilisation pour Hidayatte Kebdani.