Faits divers – Justice

Pau est sur la carte de France des 32 nouvelles maisons d'arrêt du plan prison de Manuel Valls

Par Marie-Line Napias, France Bleu Béarn vendredi 7 octobre 2016 à 6:00

Prison Pau
Prison Pau © Radio France

Le Premier ministre Manuel Valls a présenté son plan prison jeudi à Agen, en compagnie du garde des sceaux. Il prévoit la construction de 32 maisons d'arrêts et un centre pénitentiaire. L'une de ces maisons d'arrêt est prévue dans les Pyrénées-Atlantiques et Pau tient la corde

Sur la carte publiée sur le site du ministère de la Justice, Pau est le premier choix pour l'implantation d'une maison d'arrêt de 500 places ; l'agglomération bayonnaise, le second. Il y a une explication. En 2010, Michèle Alliot-Marie qui était Garde des sceaux à l'époque avait elle aussi lancée un plan prison. Quatre terrains avaient été pressentis sur l'agglomération paloise. Les 40 préfets concernés par les nouvelles constructions ont jusqu'au 16 décembre pour proposer des terrains, et le ministère arbitrera début janvier 2017. Il faut faire vite, et c'est donc plus facile de partir de l'existant.

Il y avait donc quatre terrains retenus en 2010 : un sur la commune de Lons, qui appartient au syndicat du haut Ossau, mais il a un handicap : il est survolé par les hélicoptères et les avions ; c'est le même soucis pour le terrain d'Idron qui appartient à des privés. Le 3e terrain se trouve à Artix, mais depuis 2010 , l'urbanisation a progressé et pas sûr qu'il réponde encore aux critères. Le 4e terrain à Sendets, appartient à des privés. En tout cas, du côté de l'agglomération Paloise, on est pas inquiet, il y a du foncier disponible. On attend juste le cahier des charges précis.

Nicolas Patriarche, le maire de Lons, toujours prêt à recevoir une maison d'arrêt

Mais la construction de cette nouvelle maison d'arrêt ne signifie pas pour autant la fermeture de la prison de la rue Bourbaki. Le Premier ministre n'a annoncé aucune fermeture. Pour le syndicat ufap-unsa de la pénitentiaire c'est logique, si à chaque fois que l'on construit une maison d'arrêt on en ferme une autre on perd forcément des places. Le ministère veut arriver à un taux de 80% de cellules individuelles. A Pau par exemple, il y a des cellules de 6 places qui sont occupées au moins par trois ou quatre détenus.

la prison de la rue Bourbaki à Pau ne devrait pas fermer

La prison de Pau ne devrait pas fermer, des travaux importants ont été faits : 960.000 euros pour la porte d'entrée et les filets de sécurité. En février 2017, l'électricité va être refaite. — Eric Vigier, secrétaire local de l'Ufap-Unsa

Partager sur :