Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pau : la reconstitution d'un cambriolage qui a mal tourné

vendredi 7 septembre 2018 à 20:34 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Le 29 novembre 2017, une policière a été renversée par une voiture qui prenait la fuite lors d'un flagrant délit de cambriolage. Le conducteur, un jeune homme de 20 ans, est mis en examen pour tentative de meurtre

La rue Ronsard barrée par la police pour cette reconstitution
La rue Ronsard barrée par la police pour cette reconstitution © Radio France - Daniel Corsand

Pau

La juge d'instruction a organisé ce vendredi une journée entière de reconstitution, de 8 heures à 19 heures, rue Ronsard à Pau, dans le quartier de l'université. Il s'agissait de rejouer les faits du 29 novembre dernier en fin de matinée : un cambriolage qui a mal tourné. Pris en flagrant délit, des jeunes cambrioleurs ont foncé sur trois policiers qui tentaient de les interpeller. 

Une fonctionnaire blessée et un tir de riposte

Ce jour là, une policière a été blessée. Un policier a ouvert le feu et blessé à la jambe le conducteur de la voiture. Celui-ci a été interpellé aux urgences d'un hôpital de Toulouse, où il était allé se faire soigner quelques heures après. Il avait 19 ans au moment des faits. Il est poursuivi pour tentative de meurtre. 

Ce vendredi, on a rejoué cette scène, refait toutes les versions. Et le mis en examen a continué de dire qu'il a paniqué et que son intention n'était pas de tuer les policiers. 

Il n'a jamais voulu porter atteinte à l'intégrité des policiers, et encore moins intenter à leurs vies. Il a simplement refusé d'obtempérer. Il a tenté de prendre la fuite. C'est une décision idiote, mais il n'a jamais eu d'intention homicide. Les policiers ont fait un choix :  celui d'utiliser leurs armes, de jour, en pleine rue. J'estime qu'il y avait peut être une autre possibilité pour interpeller les trois personnes qui étaient poursuivies - L'avocat du mis en examen

Me Jérôme Susini l'avocat du conducteur

L'IGPN, la police des police, a enquêté sur les circonstances du tir du policier, et celui-ci a été mis hors de cause. Maître Thierry Sagardoytho défend les trois policiers, qui se sont constitués partie civile. Et il ne croit pas la version du mis en examen. 

Jamais il n'avouera, même sous la contrainte que les actes qu'il a commis étaient de nature à tuer deux fonctionnaires de police. Pour lui c'est un accident de travail — L'avocat des policiers

Me Thierry Sagardoytho, l'avocat des policiers victimes