Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pau : le combat d'une famille pour comprendre le décès de leur fille lors de son accouchement

mardi 27 novembre 2018 à 18:50 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu

Les parents d'Émeline ont fait appel du non lieu prononcé par la justice après la mort de leur fille Émeline. Cette jeune femme de 24 ans est décédée avec son bébé lors de son accouchement, à la clinique Navarre à Pau il y a six ans.

Les parents et le frère d'Emeline avec leurs avocats
Les parents et le frère d'Emeline avec leurs avocats © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Les parents d'une jeune femme morte lors de son accouchement à Pau en 2012 veulent que la justice reconnaisse une erreur médicale. Dans cette affaire, après la plainte de la famille, le juge d'instruction a prononcé un non lieu.  D'où cet appel des parents qui a été examiné ce mardi.

Des douleurs prises pour des contractions

Quand Émeline a appelé les pompiers, elle était au terme de sa grossesse. À son arrivée à la clinique Navarre à Pau, elle a été placée sous monitoring, comme toutes les femmes qui vont accoucher. Ses douleurs, très violentes, ont été prises pour des contractions par la gynécologue, malgré les doutes de la sage-femme. Émeline souffrait en fait d'une occlusion intestinale. Le bébé est mort d'abord, Émeline plus tard dans la nuit.

Une bataille d'experts

Cette enquête est en fait une bataille d'experts. Le premier médecin légiste a considéré qu'il y a eu une erreur de diagnostic, qui aurait dû être évitée. En revanche, les deux contre-expertises sont beaucoup plus nuancées. Et à deux contre un, le magistrat instructeur a choisi la voie du non lieu, comme le lui demandait le parquet. Pour les parents d'Émeline, c'est intolérable. Ils sont persuadés qu'il y a une erreur médicale.

Je pense que tout n'a pas été fait. C'est ma fille, et je me dois de me battre — José, le père d'Émeline

José Perfeito, le père d'Emeline veut comprendre

Ce mardi l'avocat général a requis la confirmation du non lieu. La décision de la cour est attendue le 7 décembre.