Faits divers – Justice

Pau : le meurtrier de l'automobiliste est bien en fuite

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn lundi 29 août 2016 à 17:57

L'hôtel de Police de Pau
L'hôtel de Police de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Les enquêteurs ont acquis la certitude que le chef d'entreprise, soupçonné d'avoir tué un automobiliste à Pau ce jeudi soir, est toujours vivant. Il aurait pris la fuite vers l'Espagne ou le Portugal.

Les enquêteurs sont toujours à la recherche de l'automobiliste qui a poignardé un père de famille de 29 ans. Cela s'est passé jeudi soir, avenue Jean Mermoz à Pau. A l'origine, un banal conflit entre conducteurs. C'est déjà le quatrième jour de cavale pour le meurtrier présumé, 57 ans, un patron d'une entreprise en bâtiment installée à Pau.

Toujours vivant

Les enquêteurs sont persuadés qu'il est toujours vivant. Il a visiblement contacté sa famille dans sa fuite. Son intention n'est pas de se suicider ni de se rendre à la police pour le moment. Il pourrait avoir quitté le sol français. L'Espagne n'est pas loin et le juge d'instruction a lancé un mandat d'arrêt européen. "Il aurait des attaches dans la péninsule ibérique" affirme le parquet sans en dire plus.

Depuis les faits, l'attitude du fugitif surprend tout le monde. C'est un homme sans histoire et réfléchi et plutôt calme dans la vie. Cette fuite ne lui ressemble pas tout comme les faits : il roulait derrière la victime. A un feu la victime demandait sa route. Le chef d'entreprise s'est impatienté quand c'est passé au vert. Au feu d’après il s'est arrêté à côté. Il y a eu des insultes. La victime est sortie de sa voiture. Le chef d'entreprise est sortie de la sienne et sans dire un mot l'a frappé tout de suite au cœur.

Une cavale compliquée

Une cavale c'est très compliqué. C'est même une situation invivable, même quand on est du milieu, ce qui n'est pas du tout le cas du meurtrier présumé. Surtout que ce drame est survenu de manière imprévue et que donc il n'a rien préparé. Dans sa situation on ne peut pas utiliser son téléphone, qui est bien sûr étroitement surveillé par les services de Police. Et surtout on est très vite à court d'argent. Impossible également de faire des retraits ou des achats avec sa carte bleue. Les enquêteurs pensent qu'il n'est plus en France, qu'il est, soit en Espagne, soit au Portugal où il a des attaches, nous dit le vice procureur de Pau. Mais même avec un point de chute, et même avec des complices, sa vie de fugitif faisant l'objet désormais d'un mandat d'arrêt européen va très vite devenir intenable. Si ne c'est pas déjà le cas.

Partager sur :