Faits divers – Justice

Pau : pas pour le meilleur mais pour le pire

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn mardi 6 septembre 2016 à 18:44

La salle d'audience à Pau
La salle d'audience à Pau © Radio France - Daniel Corsand

Un père de famille a été condamné ce mardi à 6 mois de prison avec sursis parce qu'il s'entête à ne pas présenter ses deux garçons à leur mère. Depuis plus de deux ans, elle n'a pu que les apercevoir.

Lors d'un procès pour non présentation d'enfants ce mardi à Pau, un père de famille a été condamné à 6 mois de prison avec sursis. La mère avait quitté le domicile conjugal en 2012. Et depuis, elle n'arrive plus à voir ses enfants. Aucune des nombreuses décisions du juge des affaires familiales n'a pu amener l’apaisement. La mère a dû porter plainte 17 fois pour obliger son ex-époux à lui laisser entrevoir ses enfants. A l'audience, la haine entre les parents était presque palpable.

Ils ne s'entendent sur rien

Quand le procureur, le juge ou un avocat émet un avis sur le dossier, quand elle fait oui de la tête, lui fait non ou inversement. Les ex-époux ne sont d'accord sur rien. Jusqu'au printemps, la situation était dans l'impasse totale. Cela fait deux ans qu'elle ne voit plus ses deux fils parce que le père ne les lui présente plus. Elle a porté plainte 17 fois, jusqu'à déclencher une procédure pénale. Lors d'une première audience en mai, le tribunal a reconnu la culpabilité du père, mais a ajourné la peine, pour permettre au père de montrer de la bonne volonté cet été. Elle a pu voir ses deux garçons dans un endroit neutre 5 fois deux heures.

Dernier avertissement avant la prison ferme

A l'audience ce mardi, il reconnait, du bout des lèvres, qu'il est légitime que la mère "veuille tenir son rôle de mère". Mais on sent bien que cela est fragile. Il continue de monter ses enfants contre leur mère. Ils ont 12 et 14 ans aujourd'hui et ne veulent pas la voir. Alors le juge tout en constatant le "début d'un processus positif", trouve les efforts du père insuffisants et le condamne à 6 mois de prison avec sursis. Qui se transformeront en ferme s'il ne laisse pas la mère reconquérir l'amour et la tendresse de ses enfants. "On est encore très loin de la garde partagée" soupire l'avocate de la mère à la fin de l'audience.