Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pau : six mois de prison avec sursis pour le père d'élève menaçant

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre, France Bleu

Vendredi, il a menacé une institutrice de l'école Pierre et Marie Curie de "revenir lui couper la tête". Cet homme de Pau âgé 31 ans a été jugé et condamné ce lundi après midi. A l'audience il a reconnu les faits à demi mot.

La salle des pas perdus du palais de justice de Pau
La salle des pas perdus du palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

L'homme qui avait menacé de décapiter une enseignante vendredi à Pau a été jugé ce lundi après-midi, et condamné en comparution immédiate à six mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende. Vendredi à la mi-journée plusieurs témoins l'ont vu énervé, menacer une enseignante de l'école Pierre et Marie Curie où sont scolarisées ses deux filles. "Je vais te crever, je vais revenir pour te couper la tête". Des menaces qui font écho à la mort de Samuel Paty il y a quelques mois à Conflans Sainte Honorine.

"J'ai peut être dit des choses, sur l'énervement"

Ces mots terribles, il ne les a pas reconnu, mais il ne les a pas non plus niés. "J'ai peut être dit des choses, sur l'énervement, que j'ai oubliées". C'est ce qu'il a concédé aux juges à l'audience, après avoir nié avoir prononcé ces mots pendant la garde à vue. Cédric est venu à l'école ce jour là pour obtenir le document de radiation de ses deux filles, demandé par la maman, mais dont il n'était pas au courant. La mère a l'intention de quitter Pau pour Perpignan. "Mes enfants j'ai besoin de les avoir à coté de moi. Je ne pensais qu'à mes enfants". Il s'est excusé aussi plusieurs fois auprès des enseignantes et de celle qu'il a menacé de décapitation.  

Un homme inséré

Cet homme n'a rien du délinquant ou du cas social. Il travaille en CDI. Il est parfaitement inséré. Devant l'école, son énervement est monté petit à petit. Il a râlé au début, pour exploser littéralement. Il a copieusement insulté et menacé les trois enseignantes présentes. Jusqu'à cette phrase, à l'une d'entre elle : "je vais revenir te couper la tête". "Des paroles qui ont transi de peur" a plaidé l'avocate de l'Education Nationale et de l'institutrice. Qui n'ont demandé et obtenu que l'Euro symbolique en dommage et intérêt. Il devra également payer 500 euros d'amende. Il a par ailleurs interdiction de se présenter à l'école Pierre et Marie Curie et interdiction d'entrer en contact avec les victimes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess