Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pau : un automobiliste qui a tué un piéton demande la relaxe

jeudi 12 novembre 2015 à 7:00 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Ghislain espère avoir convaincu le tribunal correctionnel qu'il n'a pas commis de faute ou d'imprudence le jour où il a renversé Albert à Billère. C'était le 2 janvier 2014 au rond point des anciens combattants d'Indochine route de Bordeaux.

Les lieux de l'accident
Les lieux de l'accident © Radio France - Daniel Corsand

Billère, France

Ce jeudi après-midi, le tribunal correctionnel de Pau va rendre son jugement dans une affaire qu'il a jugée le 21 septembre. Celui d'un accident de la route. Au rond point des anciens combattants d'Indochine à Billère, route de Bordeaux, le 4 janvier 2014, l'homme a renversé un piéton, un retraité, qui n'a pas survécu à l'accident.  Le parquet à l'audience a demandé une peine de prison avec sursis pour l'automobiliste de 53 ans. L'avocate de Ghislain, elle, a demandé la relaxe.

Pas de vitesse, pas d'alcool, pas de faute, pas de visibilité

Ce jour là, Ghislain roulait à 30 kilomètres/heure dans un trafic assez dense. Il n'avait pas bu. Il a mis son clignotant pour prendre la rue Santona. En changeant de direction, il s'est retrouvé aveuglé par le soleil. Il a senti un choc sur son aile avant gauche. Et il a vue Albert sur son capot, qui venait de traverser, à proximité mais en dehors du passage protégé.  Il s'est arrêté pour porter secours à la victime.

Un conducteur modèle

Ghislain a son permis depuis plus de 30 ans. Il n'a jamais eu d'accident, et pourtant il roule beaucoup pour son travail. Son employeur lui a d'ailleurs confié une voiture de fonction pour ses déplacements professionnels. Il a tous ses points. Et puis Albert est parti conscient à l’hôpital après l'accident. Ses jours n'étaient pas en danger. Il a subi une première opération pour réparer son bras. Quelques jours après il a fait une complication neurologique qui a nécessité une nouvelle opération à laquelle il n'a pas survécu. Il est mort huit jours après l'accident. L'avocate de Ghislain demande donc à la justice de ne pas retenir de lien de causalité direct entre l'accident et la mort d'Albert. 

Le tribunal correctionnel de Pau va rendre son jugement ce jeudi en début d'après-midi.