Faits divers – Justice

Tribunal de Pau : Vincent le comptable discret qui tapait dans la caisse

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn jeudi 8 septembre 2016 à 19:48

Le comptable a détourné plus de 400 000 euros à ses clients
Le comptable a détourné plus de 400 000 euros à ses clients © Radio France - maxppp

Pendant 9 ans, ce comptable très discret a volé de l'argent à quelques uns de ses clients. Des entreprises et même des associations. Le préjudice dépasse les 400 000 euros. Vincent H., 45 ans, avait la confiance de tous.

Vincent H., 45 ans a été jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Pau pour abus de confiance. Entre 2007 et 2015, il a détourné sur son compte en banque l'argent de ses clients. Quatre sociétés et deux associations ont été spoliées de plus de 400 000 euros en tout. Il se contentait tout simplement d'encaisser pour lui, les chèques en blanc qu'on lui confiait pour payer des charges. Sa femme a comparu avec lui pour complicité. Un homme tout en discrétion, très loin de l'image du beau parleur.

La discrétion incarnée

Vinent n'est pas une grande gueule. Il n'a pas de charisme particulier. C'est un comptable à l'air un peu strict. Plutôt le gars que l'on ne remarque pas. Il avait la confiance de son patron, du cabinet d'expert comptable où il travaille et la confiance de ses clients. Ce patron par exemple qui s'est vu détourner 260 000 euros. C'est plus que le passif de la société quand il a dû déposer le bilan. Il ne comprenait pas. Il avait des chantiers. Il travaillait comme un sourd, et sa boite a été liquidée. En fait la comptabilité de la société a été sapée par les détournements de son comptable.

Il ne pouvait plus se payer. C'était tellement catastrophique qu'il a été placé en garde à vue à cause des détournements de son comptable (...) Le paradoxe c'est qu'il faisait une confiance absolue à son comptable — l'avocate de la principale victime

Me Jean-MIchel Gallardo, l'avocat de l'entrepreneur ruiné par Vincent

A la barre comme dans la vie

A la barre, Vincent dit peu de chose sinon qu'il était dans un cercle vicieux. Il avait des emprunts à rembourser. Il avait le couteau sous la gorge. Sauf que quand on fait ses comptes à l'audience on ne fait pas le même constat. On ajoute les revenus du couple, environ 4 000 euros, plus les 10 000 euros détournés chaque mois auprès de ses clients. Il avait largement de quoi vivre et faire face à ses remboursements. Un avocat d'une des société floués a eu cette expression dans sa plaidoirie : "Ce n'est pas un abus de confiance. C'est un viol de confiance".

Même la buvette du stade du hameau

Parmi les victimes il y a la Section Paloise escrime. Pendant plusieurs saisons cette association a été chargée de la gestion de la buvette lors des matchs de rugby au Hameau. La recette était d'ailleurs au profit de la Section Paloise pro. Il se trouve que le vice-président de la Section Paloise Pro, Yannick le Garrerès était aussi le patron du cabinet d'expert comptable où travaillait Vincent. Un montage un peu étrange, dont il a été question à l'audience. Vincent a reconnu avoir détourné 18 000 euros du chiffre d'affaire de la buvette. Le comptable a d'ailleurs remboursé sans attendre son procès.

Vincent H. a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et interdiction d'exercer la profession de comptable. Sa femme a été relaxée.

Partager sur :