Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pau : un croque-mort condamné à six ans ferme pour avoir drogué des collègues

vendredi 1 août 2014 à 16:22 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Un Billèrois de 48 ans a été condamné ce jeudi à six ans de prison ferme pour avoir drogué ses collègues : il mettait des benzodiazépines dans les repas de jeunes recrues de la société de pompes funèbres. L'enquête n'a pas pu établir s'il les a abusés sexuellement ou non. C'est la troisième fois qu'il est condamné pour des faits similaires.

Palais de justice de Pau
Palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Un Billèrois de 48 ans condamné à six ans de prison ferme ce jeudi pour avoir drogué ses collègues de travail. Cinq jeunes intérimaires qui travaillaient sous ses ordres dans une société de pompes funebres. Des faits qui se sont déroulés de juillet 2012 à juin 2013. Ils mettaient des benzodiazépines dans les repas qu'il leur préparait pendant de prétendus permanences.

Six ans : c'est le maximum que prévoit le code pénal. Il faut dire qu'il est en état de multi récidive et que le personnage est inquiétant. Il présente bien, a du bagout et il est très érudit. Mais chez lui il n'y a pas le moindre ressentiment, ou la moindre réflexion sur ce qu'il fait.

Il a déjà fait de la prison pour des faits similaires

En 1998 il a été condamné à huit ans pour avoir drogué des collègues de travail a Montpellier, et déjà pour viol. Aujourd'hui, il est plus prudent sans doute, et a Bordeaux en 2010 et donc a Pau en 2013, les enquéteurs n'ont pas pu prouver des abus sexuels. Lui il dit juste que c'était pour avoir de la compagnie. Les cinq victimes béarnaises n'ont aucun souvenir de ces soirées. À cause des grosses doses de Seresta.

Et comme Thierry Richarte ne lache rien, il ne savent toujours pas et ils ont dit a l'audience que ce n'était pas facile a vivre encore aujourd'hui. Les psychiatres l'ont décrit pervers et manipulateur jusqu'a gruger les psychologues qu'ils voyaient régulierement pendant son suivis socio-judiciaire. C'est pour cela que le tribunal s'est contenté d'une grosse peine de prison ferme sans obligation de soin.

Les explications de Daniel Corsand

Thierry Richarte a l'intention de faire appel de cette condamnation...