Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pau : un patron condamné après la chute de 11 mètres de son charpentier

-
Par , France Bleu Béarn

Le tribunal correctionnel de Pau a condamné ce lundi un artisan patron après un accident du travail. Un charpentier est tombé de 11 mètres rue Louis Barthou. Une peine d'amende pour sa "responsabilité indirecte".

Le palais de justice de Pau
Le palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Un artisan a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Pau pour des manquements aux mesures de sécurité sur un chantier. C'était le 5 avril 2017, en plein centre-ville de Pau, rue Louis Barthou. Le salarié de ce patron charpentier est tombé du haut de son échafaudage. Une chute de 11 mètres, qui ne lui a causé que des blessures sans trop de gravité heureusement.  

Traumatismes physiques et moraux

Le charpentier a déclaré qu'il a eu le temps de se dire dans sa chute : "On verra bien dans quel état je serai en arrivant en bas". Plus de 11 mètres et "seulement" un traumatisme crânien, une côte et un bras cassé. L'autre employé a pu s'accrocher à l'échafaudage. Sous le choc, il a mis un mois à reprendre le travail. L'échafaudage était trop loin du toit sur lequel ils devaient intervenir. Ils ont décidé de poser des madriers, des poutres entre l'échafaudage et la toiture. Ces madriers sont censés servir à lester les bâches de couverture. Ils n'ont pas supporté le poids des deux charpentiers et elle a cédé sous leurs poids.

Responsabilité indirecte

Le patron n'était pas sur les lieux. Ce n'est pas lui qui a dit de procéder à cette manœuvre. Cette société n'a pas de passé judiciaire. Ce patron n'est pas un voyou du droit du travail et de la sécurité comme on en croise parfois dans les tribunaux. C'est un artisan qui emploie 10 personnes. Il explique qu'il ne peut pas superviser tous ses chantiers, et n'a pas non plus les moyens de mandater un responsable sécurité. À l'audience, il a assumé sa responsabilité indirecte. Depuis l'accident il a renouvelé les formations sécurité de tous ses employés.

Le patron a été condamné à payer 3000 euros d'amende.