Faits divers – Justice

Paul-Georges Ntep condamné pour violences

Par Delphine Martin, France Bleu Armorique et France Bleu Auxerre mardi 25 février 2014 à 18:56

Jean Paul Ntep
Jean Paul Ntep © Maxppp

L'ancien joueur de l'AJA, aujourd'hui au Stade rennais, a été condamné à trois mois de prison avec sursis pour des violences sur son ex-compagne, en juillet 2013. Il n'était pas présent à l'audience.

L'ancien attaquant de l'AJA, consacré meilleur joueur de Ligue 2 en 2013, a été condamné à trois mois de prison avec sursis pour des violences commises à Auxerre, en juillet 2013. Le jeune homme de 22 ans avait frappé son ex-compagne au visage et à la poitrine , l'avait trainée par les cheveux sur plusieurs mètres et avait déchiré ses habits. 

"Il regrette sincèrement son geste"

"Il reconnait les faits et regrette sincèrement son geste" , explique son avocate, qui décrit un homme "très calme pour son âge" , posé, anxieux de cette procédure, mais empêtré dans une relation tumultueuse, passionnelle et destructrice, avec des conflits et des disputes à répétition.

"Un comportement de psychopathe"

Cette relation compliquée, le Procureur de la République d'Auxerre la reconnaît : "on constate de la verdeur et de la violence dans le langage des deux côtés, mais je représente l'intérêt général, et Monsieur Ntep doit modifier son comportement". Le Parquet parle d'un jeune homme "favorisé par ses talents et sa volonté de les exploiter, qui a une belle carrière qui s'ouvre à lui mais qui, dans le privé, a eu un comportement de véritable psychopathe" . Le Procureur de la République avait demandé six mois de prison avec sursis et une obligation de soin.

"En Ligue 1, il y a des entraînements tous les jours"

Le procès de Paul-Georges Ntep devant le Tribunal correctionnel d'Auxerre devait avoir lieu en septembre dernier, mais le joueur était en déplacement avec l'Équipe de France Espoirs. L'audience avait donc été reportée au 25 février. Là encore, le joueur était absent. Son avocate explique : "il a changé de club. Il est à Rennes depuis le 28 janvier et en Ligue 1, il y a des entrainements tous les jours" .

En septembre, la victime avait demandé le retrait de sa plainte.

Partager sur :