Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pays Basque : "Cela donne encore plus envie de se battre pour Philippe" témoigne son épouse

-
Par , , France Bleu Pays Basque, France Bleu

L'épouse et les filles de Philippe Monguillot, le conducteur de bus agressé mortellement à Bayonne ont reçu la visite du Ministre de l'Intérieur ce 11 juillet. Gérald Darmanin leur a adressé les condoléances de l'Etat et promis "une justice". "J'en ai vraiment besoin" confie Véronique Monguillot.

Le 814 le bus de Philippe Monguillot. Son surnom était "le tigre".
Le 814 le bus de Philippe Monguillot. Son surnom était "le tigre". © Radio France - Muriel Vitel

Il est 13h30 ce samedi 11 juillet, le Ministre de l'Intérieur est attendu une demi-heure plus tard en mairie de Bayonne, où il doit rencontrer les élus locaux, avant une réunion avec les forces de sécurité puis un entretien avec les salariés du réseau de bus Chronoplus. Mais Gérald Darmanin est déjà en ville, loin des caméras et des micros, au domicile de la famille de Philippe Monguillot, décédé la veille après avoir été agressé dimanche 5 juillet dans le bus qu'il conduisait.

Une visite privée pendant laquelle le Ministre de l'Intérieur a adressé à Véronique et ses 3 filles, Mélanie, Manon et Marie les condoléances de l'Etat et fait part du soutien du gouvernement. L'épouse du conducteur de bus a apprécié l'échange qui lui a donné, une énergie supplémentaire pour se battre afin que le meurtre de son mari ne reste pas impuni. Elle a accepté d'en parler à France Bleu Pays Basque ce samedi soir.

"Il a été aujourd'hui (samedi) avec nous, il est avec nous et il sera avec nous", confie Véronique Monguillot. Pour elle, c'est l'essentiel aujourd'hui : "on sait que l'on peut compter sur le Ministre et sur le gouvernement. Et vraiment j'en ai besoin."

Véronique et ses filles ont livré à Gérald Darmanin leur sentiment, leurs émotions, _"_le cataclysme qu'est la perte de Philippe", après l'agression qui a coûté la vie à leur époux et père, surnommé le "Tigre", un conducteur dévoué et droit qui tentait de faire respecter le port du masque et le paiement du titre de transport auprès de 4 passagers.

Véronique Monguillot parle du "manque d'oxygène qui est parti, 27 ans de vie qui se sont brisés comme ça, en quelques secondes." Elle a fait part au Ministre de son désir de vengeance, précisant que pour elle "c'est la vengeance par la justice. Nous demandons une peine exemplaire". 

Le Ministre a écouté et "il a fait preuve d'humanité", témoigne Manon, l'une des trois filles. "J'ai l'impression qu'il se mettait à notre place, qu'il comprenait vraiment notre douleur. Il nous a dit qu'il ne nous laisserait pas tomber, que la justice ferait en sorte de punir de façon exemplaire les auteurs de ce meurtre."

Quelques mots, une présence, pendant un peu plus d'une demi heure, qui a renforcé la famille dans ses convictions, dans son combat pour la mémoire de Philipppe Monguillot.  "Il m'a apporté une force supplémentaire", affirme Véronique. "Savoir que l'on est épaulés par le gouvernement, cela donne encore plus envie d'y aller (en justice) et de se battre pour Philippe."

Des roses blanches disposées sur le volant du bus 814 que conduisait Philippe Monguillot
Des roses blanches disposées sur le volant du bus 814 que conduisait Philippe Monguillot © Radio France - Muriel Vitel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess