Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Pays Basque : comment évoluera l'épidémie de Covid-19 en 2021 ?

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le mois de mars 2021 marquera la première année de l'épidémie de Covid-19 en France. Pour l'épidémiologiste bayonnaise Sophie Larrieu, on n'en sera pas au même point à la fin de l'année, parce que les vaccins sont une arme, mais on ne peut prédire la fin de l'épidémie.

Nous devrions continuer à devoir nous tester encore une bonne partie de l'année 2021
Nous devrions continuer à devoir nous tester encore une bonne partie de l'année 2021 © Radio France - Bixente Vrignon

Etablir un scénario de l'épidémie en 2021 est impossible pour Sophie Larrieu de Santé Publique France : "c'est très difficile de savoir ce qu'il va se passer, malgré les prévissions", il y a beaucoup trop de facteurs pour choisir un seul scénario précise-t-elle. Elle prend l'exemple de la rougeole pour rappeler que autorités sanitaires ont cru avoir éradiqué cette maladie avant qu'elle ne réapparaisse. On ne décrètera jamais la fin de l'épidémie de Convid-19, donc, mais on sait que pour revenir à une vie qui ne soit plus contrainte par les règles sanitaires, "on estime qu'il faut que 90% de la population soit vaccinée ou immunisée naturellement pour qu'il n'y ait plus d'effet épidémique qui apparaisse. On en est encore très loin: pour la Nouvelle-Aquitaine, les dernières études de l'Institut Pasteur montrent qu'on en serait à 5% d'immunité".

Le vaccin, la seule arme

Sophie Larrieu, épidémiologiste à Santé Publique France
Sophie Larrieu, épidémiologiste à Santé Publique France -

Dans ces conditions, l'épidémiologiste souligne que "on compte beaucoup sur le vaccin, et on espère que les gens vont y adhérer. A l'heure actuelle, c'est la seule arme qui va nous permettre de sortir de cette situation qui nous pèse à tous" et la vaccination devrait commencer dans les prochains jours. Il y a de l'optimisme malgré tout, parce que "les vaccins sont tout de même prometteurs" avance Sophie Larrieu. "_Je ne veux pas croire et je ne peux pas croire qu'on en sera au même point dans un an_. les vaccins sont prometteurs, il y en a qui sont prêts à être administrés d'autres sont à l'étude. Après, on ne peut pas dire que ça sera terminé à la fin de l'année 2021".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess