Faits divers – Justice

Actes de cruauté envers les animaux : l'abattoir de Mauléon suspendu

Par Olivier Uguen, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Pays Basque et France Bleu mardi 29 mars 2016 à 13:15 Mis à jour le mardi 29 mars 2016 à 18:15

L'association L214 dénonce les pratiques de l'abattoir de Mauléon
L'association L214 dénonce les pratiques de l'abattoir de Mauléon - imprime écran vidéo L214

Quelques mois après ceux d'Alès et du Vigan dans le Gard, l’association animaliste L214 dénonce, vidéo à l'appui, des cas de maltraitances envers des animaux dans l'abattoir de Mauléon, au Pays Basque. Le maire de Mauléon ordonne la fermeture immédiate de l'établissement.

L'abattoir de Mauléon est à son tour sous le feu des critiques de l'association L214 Etique et animaux. Après les abattoirs du Vigan et d'Alès, l'association dénonce ce mardi des actes de cruauté filmés au mois de mars en caméra cachée dans l'abattoir de Mauléon-Licharre, abattoir certifié bio spécialisé dans la mise à mort d'agneaux de lait et de veaux.

La vidéo est diffusée depuis ce mardi matin sur le site internet du quotidien Le Monde. On y voit des moutons, des agneaux, des veaux égorgés vivants. Un animal suspendu à la chaîne d'abattage est écartelé vivant l'agent étant absent de son poste. On constate enfin des employés donnant des coups de pieds aux animaux.

CLIQUER pour voir la vidéo de l'association L214. ATTENTION, ces images très dures peuvent choquer les personnes sensibles.

L'association a déposé une plainte en tout début d'après-midi auprès du procureur de Pau pour faits de maltraitance, sévices graves et actes de cruauté, et a lancé une pétition pour demander une "transparence effective des abattoirs". Ces images "montrent de nouveau l'extrême violence de la mise à mort des animaux", explique L214. "Animaux frappés, mal ou pas étourdis, conscients au moment de la saignée, découpés à vif : une réalité insoutenable."

Fermeture immédiate de l'établissement

Conséquence de la diffusion de ces images : la fermeture immédiate de l'équipement intercommunal a été décidée en début d'après-midi par son président, le maire de Mauléon, Michel Etchebest. "Prenant à l’instant connaissance d’une vidéo ayant été tournée dans les abattoirs de la commune, je prononce la fermeture de l’abattoir pour une durée indéterminée, à titre conservatoire, le temps de faire l’enquête qui devra faire la lumière sur les pratiques visibles sur cette vidéo, explique-t-il dans un communiqué. Je demande à la direction de l’abattoir de prendre sur le champ toutes les mesures et sanctions adéquates envers les auteurs de ces actes, sans préjuger des sanctions ou mesures plus importantes à venir, suite aux résultats qui résulteront de l’enquête réalisée".

A LIRE AUSSI ► Vidéo-choc à l'abattoir de Mauléon : le directeur de l'établissement se dit lui-même choqué

Ouverture d'une enquête

De son côté, le préfet des Pyrénées-Atlantiques vient de suspendre l'agrément de l'abattoir, et a également saisi le parquet, qui a ouvert une enquête. "Il faut vérifier la réalité de ces actes (...). En matière d'abattage des animaux, il y a des règles précises pour épargner aux animaux des souffrances et des douleurs qui peuvent être évitables", explique le procureur de Pau Jean-Christophe Muller.

Jean-Christophe Muller, procureur de la République, au micro de Daniel Corsand

Inspections dans les abattoirs d'ici un mois

La publication de ces images intervient un mois après les actes de cruauté filmés dans l’établissement du Vigan, cinq mois après la diffusion d'une première vidéo concernant l'abattoir Alès (Gard), qui avaient déjà suscité l’indignation. Suite à la diffusion de ces nouvelles images, Stéphane Le Foll a annoncé ce mardi à la mi-journée que tous les abattoirs seraient inspectés dans le mois qui vient. "En cas de défaut avéré constaté à l'occasion de ces inspections", le ministre demande "la suspension sans délai de l'agrément de ces établissements", explique le communiqué.