Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pays Basque : le petit Bayonne est-il en train de devenir un quartier mal famé ?

-
Par , France Bleu Pays Basque

Depuis plusieurs jours, des publications apparaissent sur les réseaux sociaux pour dénoncer des phénomènes de violences dans le quartier du petit Bayonne. En fait, les problèmes ont débuté à la fin du confinement.

Francis, habitant du petit Bayonne, agressé deux fois cet été
Francis, habitant du petit Bayonne, agressé deux fois cet été © Radio France - Jacques Pons

Des commerçants et des habitants du petit Bayonne expriment aujourd'hui un ras le bol général. Rien à voir avec les traditionnelles pollutions sonores festives du weekend. On parle là de violences en tout genre et d'un climat dégradé par des groupes marginaux.

C'est ce que l'on voit depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux. Des commerçants et des habitants dénoncent des phénomènes de violences dans ce quartier. Pour eux, ces problèmes ont débuté à la fin du confinement. Ils visent particulièrement des sans domicile fixe qui investissent la place Roland Barthes. 

C'est une catastrophe, on appelle la police tous les jours !

Salvador Ortuno gérant du Bistro M

Salvador Ortuno, le gérant du "Bistrot M" est amer : "c'est une catastrophe, c'est à dire que tous les jours on est obligé d'appeler la police parce qu'il y a des gens qui sont ivres sur la voie publique et qui dérangent la clientèle. Quand vous avez un restaurant et que des personnes devant se mettent à vociférer et même parfois à aller déranger les clients c'est très très gênant, pour le commerce c'est très dur!"

Les SDF sous les arbres de la place
Les SDF sous les arbres de la place © Radio France - Salvador Ortuno

C'est nous qui subissons

Des habitants comme "Francis" (nom d'emprunt) ciblent aussi les comportement d'un groupe de jeunes originaires du Maroc. Des mineurs sans papier en provenance de leur pays d'origine après passage par l'Espagne. Des personnes difficiles à contrôler mais dont les agissements agacent de plus en plus : vols, vente de drogue et parfois agressions diverses sur les femmes.

Les groupes à l'origine des violences dans le petit Bayonne selon "Francis"

Deux groupes donc qui se mélangent aux fêtards du weekend. Parfois, ce mélange détonne au point de provoquer des heurts. Des bagarres sur fond de drogues, d'alcool. Les spécialistes de la sécurité y voient aussi des affrontements dictés par une guerre des territoires entre clans de "dealers".

La rue des cordeliers où éclatent souvent des bagarres et des incidents
La rue des cordeliers où éclatent souvent des bagarres et des incidents © Radio France - Jacques Pons

"Francis" victime de deux agressions graves

Les appels à la police qu'elle soit nationale ou municipale n’empêchent en rien les frictions entre ces communautés différentes. Le souci est que cette cohabitation provoque de plus en plus de zizanies dans ce quartier populaire. Francis (faux prénom car il tient à l'anonymat) habite le petit Bayonne depuis un an et demi. Durant cette période il a subi deux agressions graves. 

Le témoignage de "Francis"
Le témoignage de "Francis" © Radio France - Jacques Pons

La première agression - Témoignage de Francis (nom d'emprunt)

La première, quand le propriétaire irascible d'un chien a ordonné à sa bête de mordre Francis. Les crocs de l'animal ont laissé des blessures profondes aux deux mollets. Francis n'a pas porté plainte. En revanche, à l'issue d'une deuxième agression plus grave encore il s'est rendu au commissariat de Bayonne.

Cette fois, c'est un homme en colère qui l'a brusquement poussé par derrière après avoir pris un long élan. Francis n'a rien vu venir. Sa tête a heurté brutalement le sol. Une minute d'inconscience. Nez cassé. Cinq jours d’interruption de travail pour cet aide soignant.

la deuxième agression subie par Francis

La place Roland Barthes, ça devient compliqué

La place Roland Barthes
La place Roland Barthes © Radio France - Jacques Pons
Tous les restaurants de la place R. Barthes fermés les après-midi
Tous les restaurants de la place R. Barthes fermés les après-midi © Radio France - Jacques Pons

Il n'est pas le seul. Les restaurateurs de la place Roland Barthes, surnommée "la place verte", n'en peuvent plus à cause d'un groupe de SDF. Ces hommes et ces femmes se plaisent bien sur l'herbe de cette place mais ne cessent de quémander des cigarettes ou de l'argent aux clients de la longue file de restaurants de ce lieu. L’énervement est tel que la plupart des établissements n'ouvrent plus leurs portes l'après-midi.

Salvador Ortuno : pourquoi il n'ouvre plus les après-midi

Ces phénomènes nous inquiètent 

Christian Millet-Barbé, adjoint au maire de Bayonne
Christian Millet-Barbé, adjoint au maire de Bayonne © Radio France - Jacques Pons

A la mairie de Bayonne Christian Millet Barbé se dit conscient du problème. L'adjoint au maire en charge de la sécurité note qu'à Bayonne se produit un phénomène "extraordinaire". Plusieurs univers entrent en collision : les fêtards, les habitants, les dealers et les SDF.

Christian Millet-Barbé adjoint au maire en charge des questions de sécurité

_"Nous avons à Bayonne comme ailleurs malheureusement un certain nombre de dealers qui profitent de l'occasion des fins de semaines festives à Bayonne pour écouler leurs marchandises. Et ces dealers ont vite repéré les quelques vingt, trente, quarante jeunes Marocains qui sont migrants clandestins, mineurs pour beaucoup d'entre eux, et qui ont donc immédiatement compris qu'il fallait les utiliser comme "sous dealers" de manière à écouler encore plus de marchandises. Ce qui fait qu'on a un phénomène "incroyable" mais qui vient faire que ça se rencontre comme dynamiques, une dynamique de fête et une dynamique de vente de produits illicites avec de jeunes Marocains qui eux n'ont rien à perdre et souhaitent à tout prix faire de l'argent le plus vite possible et éventuellement pour ça agresser des gens pour les dépouiller. C'est un phénomène qui nous inquiète"_

L'adjoint au maire précise qu'il ne faut pas confondre ces jeunes avec les pensionnaires du centre de migrants Pausa à Bayonne rive droite: "en aucun cas, les jeunes de Pausa sont concernés par ces phénomènes"

Une nouvelle brigade de police crée à Bayonne

Jusqu'à présent, des patrouilles communes de la police municipale et nationale étaient assurées. Le jeudi durant la nuit les hommes de BAC se joignaient aux municipaux. Mais dès le mois de septembre tout va changer. Une brigade de la sécurité et de la tranquillité publique sera lancée. 

Elle sera constituée d'abord de six nouveaux policiers municipaux qui interviendront durant toute la semaine. Six autres policiers municipaux seront embauchés en 2021. 

le reportage de France Bleu Pays Basque

Choix de la station

À venir dansDanssecondess