Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pays Basque : un ancien commissaire de police condamné pour harcèlement moral

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu

Le fonctionnaire en poste à Hendaye a été condamné ce mardi devant le tribunal de Bayonne à six mois de prison avec sursis pour des faits commis sur son lieu de travail entre juillet 2017 et août 2018.

Le fonctionnaire aujourd'hui à la retraite a été reconnu coupable de gestes et d'attitudes déplacés sur sa secrétaire, entre 2017 et 2018
Le fonctionnaire aujourd'hui à la retraite a été reconnu coupable de gestes et d'attitudes déplacés sur sa secrétaire, entre 2017 et 2018 - Capture d'écran / Google Street View

Six mois de prison avec sursis pour des faits de harcèlement moral. Décision rendue ce mardi par le tribunal correctionnel de Bayonne à l'encontre de Bruno Clemence, qui avait été jugé en début de ce mois de juin. 

Le policier de 66 ans, aujourd'hui à la retraite à Ciboure, a été reconnu coupable de gestes et d'attitudes déplacés sur sa secrétaire. Des faits qui remontent à 2017 et 2018, lorsque le commissaire dirigeait le centre de coopération policière et douanière (CCPD) d'Hendaye.  

"Honteux" à la barre du tribunal

Les juges sont allés au delà des réquisitions du parquet qui avait requis, le 3 juin dernier, quatre mois de prison avec sursis. L'ancien policier se serait bien passé de se retrouver ainsi un peu "honteux" à la barre d'un tribunal. À l’époque, il se voit attribuer dans son service une femme de 40 ans, franco-espagnole, qui vient de perdre son mari, lui-même policier, dans un accident de voiture. Rapidement, il va vouloir "protéger", dit-il, une femme "novice" dans de telles fonctions. 

Par la suite, il va lui offrir des cadeaux. Un énorme bouquet de fleurs le jour de sa fête, des SMS à répétition et des coups de téléphone tardifs. Des rapprochement douteux pour "sentir son parfum" vont finir par dégrader le moral de la secrétaire. Le jour où elle se plaint d'avoir mal au dos, il se met à lui faire des massages. 

Pardon à genoux

L'employée va faire une dépression. "Je me collais au radiateur lorsqu'il approchait , j'avais peur de perdre mon poste", a-t-elle expliqué à la barre. Le jour où elle éclate en sanglots, il lui demande pardon à genoux.

Pour le procureur de la République, Jean-Francois Dobeli, il s'agit d'une "fin de carrière pas très glorieuse". La défense du commissaire, assurée par la bâtonnier Teddy Vermote, envisage de faire appel de cette décision.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess