Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pays basque : quatre ans de prison ferme pour des coups de couteau aux fêtes d’Hasparren

mercredi 4 juillet 2018 à 16:28 Par Najat Essadouki, France Bleu Pays Basque

Un jeune homme de 20 ans a été condamné à 4 ans de prison ferme, ce mardi, par le tribunal correctionnel de Bayonne. Cet habitant de Bonloc avait blessé trois personnes avec un Opinel aux fêtes d'Hasparren en 2017.

Le tribunal correctionnel de Bayonne
Le tribunal correctionnel de Bayonne © Radio France - Capture d'écran

Hasparren, France

Il y a un an, le 25 juin 2017, un jeune homme de 20 ans blesse trois personnes lors d'une bagarre aux fêtes d'Hasparren. Le tribunal correctionnel de Bayonne l'a condamné, ce mardi, à cinq ans de prison dont un an avec sursis. 

"Le drame a été évité de justesse. Cette affaire aurait pu se terminer devant la cour d'assise", selon le procureur de la république. Face à la gravité des faits, il avait requis six ans d'emprisonnement. L'avocat de la principale victime, Maître Diallo, a rappelé que "son client est passé à deux doigts de la mort". Il a reçu huit coups de couteau dans l'abdomen. Devant le tribunal, la victime a expliqué qu'il ressent encore des douleurs au ventre un an après.

L'accusé était sous l'emprise de drogue et d'alcool 

A la barre, l'accusé, un habitant de Bonloc, explique qu'il a voulu seulement se défendre. Vers 1h du matin, il affirme avoir été frappé, "j'ai reçu un coup de tête." Il affirme que c'est la victime qui lui a asséné ce coup. Quelques heures plus tard, vers 4h, il pense le reconnaître devant un bar, "je l'ai reconnu car il portait un tee-shirt blanc". S'engage alors une bagarre. "Ce n'est certainement pas le seul jeune homme a porté un tee-shirt blanc", ironise le procureur. La victime nie avoir porté un coup à l'accusé.  

Les souvenirs de l'accusé sont flous. Il avait fumé plusieurs joints et avait consommé " une quinzaine de verres de whisky et de Ricard".  Un test effectué lors de son arrestation révèle qu'il avait 2,80 grammes d'alcool par litre de sang. Les gendarmes n'ont pas pu l'interroger immédiatement vu son état. Il a expliqué qu'il a voulu seulement se défendre. "On m'a donné des coups, j'ai dont voulu riposter. Je regrette d’être sorti ce jour-là, ça a gâché ma vie." La principale victime a reçu huit coups de couteau, un deuxième jeune homme en a reçu un et dans la confusion générale, l'accusé a aussi donné un coup de couteau à une amie qui était avec lui aux fêtes. 

L'accusé, comme les victimes avaient consommé beaucoup d'alcool. Les enquêteurs n'ont pas réussi à reconstituer les faits, les souvenirs des témoins étant confus. L'accusé n'a pas nié les faits, son couteau, un Opinel avec une lame de huit centimètres a été retrouvé sur lui avec du sang. La présidente du tribunal demande alors à l'accusé pourquoi il se promenait avec un opinel ? "Je ne sais pas vraiment. J'ai pas réfléchi. Je l'ai pris au cas où j'aurais besoin de me défendre".