Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Le patron du PCF 31 assure n'avoir jamais été courant d'un viol commis au sein des Jeunesses communistes

lundi 11 mars 2019 à 15:50 Par Magalie Lacombe, France Bleu Occitanie

Pierre Lacaze se défend d'avoir jamais couvert le moindre viol au sein du mouvement des Jeunesses communistes de Haute-Garonne. Le secrétaire fédéral du PCF 31 revient sur les accusations d'agressions sexuelles et de viol parues dans l'enquête publiée dans le journal Le Monde.

Pierre Lacaze, le secrétaire fédéral du Parti Communiste de Haute-Garonne (Archives)
Pierre Lacaze, le secrétaire fédéral du Parti Communiste de Haute-Garonne (Archives) © Radio France

Haute-Garonne, France

"Je suis blessé personnellement et atteint sur l'idée qu'on aurait pu cacher un crime" admet Pierre Lacaze, le secrétaire fédéral du PCF 31, après les accusations d'agressions sexuelles et de viol qui auraient été minorées par les dirigeants du parti selon l'ancienne secrétaire fédérale de l'Union des Etudiants communistes (UEC).

L'homme politique haut-garonnais conteste n'avoir jamais été au courant d'un viol "ou de deux autres cas qui auraient été cachés" tout en assurant qu'en pareil cas, il aurait saisi le procureur de la république. "Il en va de ma responsabilité politique" assure le candidat sur la liste PCF aux prochaines élections européennes.

Un dispositif interne de lutte contre les comportements sexistes

"Nous avons eu à traiter des notions de harcèlement par SMS ou d'attouchements et toujours dans des contextes de soirée ou de fêtes (...) en dehors même des instances du parti communiste", poursuit Pierre Lacaze.

Il assure qu'à chaque fois, il y a eu une procédure avec un recueil de témoignages et la mise en place d'une commission interne au parti communiste. Ce dispositif interne de lutte contre les comportements sexistes a été mis en place par le mouvement des Jeunesses Communistes, il y plusieurs années. 

Nous suspendons tout droit des adhérents dès qu'il y a des témoignages avérés ou une plainte - Pierre Lacaze

L'élu toulousain précise enfin que ces affaires sont compliquées parce que "les victimes souhaitaient que le parti communiste agisse en interne mais elles ne souhaitaient pas porter plainte".

La réponse de Pierre Lacaze, le secrétaire fédéral du Parti communiste de Haute-Garonne en un clic