Faits divers – Justice

Pédophilie à Arcachon : un animateur du centre aéré mis en examen

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde et France Bleu mercredi 18 janvier 2017 à 16:42

Plusieurs fillettes auraient été victimes d'agressions sexuelles pendant les vacances de Noël
Plusieurs fillettes auraient été victimes d'agressions sexuelles pendant les vacances de Noël © Radio France - Stéphane Hiscock

INFORMATION FRANCE BLEU GIRONDE - Un jeune homme de 20 ans, animateur au centre aéré "Les Mille Potes" d'Arcachon, a été mis en examen fin décembre pour agressions sexuelles sur mineurs. Ses victimes présumées sont des fillettes âgées de 3 à 5 ans.

Le violeur présumé est accusé d'attouchements et de fellations imposées à plusieurs fillettes. Les faits reprochés remontent aux vacances de Noël. D'après nos informations il y aurait au moins 4 victimes, peut-être 5. Plusieurs parents ont déjà livré leur témoignage. Ils évoquent tous des agressions sexuelles sur leurs enfants à l'heure de la sieste. A ce moment là le violeur présumé était seul dans une pièce avec les enfants.

A ce jour, le violeur présumé est toujours chez lui à Arcachon

Le 30 décembre dernier, à la suite d'une première plainte, le parquet de Bordeaux a ouvert une information judiciaire et l'animateur du centre aéré a été mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans. Il a été placé sous contrôle judiciaire chez lui à Arcachon. Une situation qui ne convient pas aux parents des victimes. Elles demandent aujourd'hui son incarcération.

Il faut que la justice aille plus vite. On manque d'information. Pourquoi ce jeune est-il toujours en liberté ?
— Le père d'une victime présumée

Depuis la rentrée le jeune homme a été suspendu de ses fonctions au service de la petite enfance d'Arcachon. Était-il suffisamment formé et encadré pour remplir sa mission au centre aéré de la ville ? Pour l'instant la municipalité refuse de répondre à nos questions. La mairie doit rencontrer les parents des victimes présumées ce jeudi.

"J'étais fou de colère, confie à France Bleu Gironde le père d'une victime présumée. J'ai trouvé ça très très grave sur des enfants de 4 ans (...). J'espère que la justice va accélérer les choses parce que laisser les parents comme ça en souffrance 15 jours sans suite... Ça fait plus de 15 jours que l'affaire est en cours. La personne est toujours chez elle. Elle vient pointer tous les matins à la police apparemment comme si elle était aux Assedics, moi je ne trouve pas ça normal. J'espère qu'ils vont vite se réveiller et donner suite à cette affaire parce que c'est très très grave".