Faits divers – Justice

Pédophilie au sein de l'Église : le diocèse de Montpellier lance une campagne d'affichage

Par Romain Berchet, France Bleu Hérault et France Bleu dimanche 23 octobre 2016 à 17:23 Mis à jour le lundi 24 octobre 2016 à 9:08

L'église Saint-Roch au centre-ville de Montpellier (illustation)
L'église Saint-Roch au centre-ville de Montpellier (illustation) © Maxppp - Tim Somerset

Initiée par le diocèse de Montpellier et le centre hospitalier universitaire, la campagne d'affichage incite les victimes d'agressions sexuelles à sortir de leur silence. Les affiches ont été placardées dans toutes les églises et les écoles catholiques de l'Hérault.

Le diocèse et le CHU de Montpellier lancent une campagne d'affichage pour sensibiliser les fidèles aux agressions pédophiles au sein de l'Église. Une initiative unique en France.

"Ne laissez plus les violences sexuelles vous mettre sous silence !" conseillent les affiches placardées cette semaine dans les églises et établissements scolaires catholiques de tout le département de l'Hérault.

"Ne laissez plus les violences sexuelles vous mettre sous silence !"

"Que vous soyez auteurs ou victimes de violences sexuelles, une cellule d'écoute est à votre disposition", soulignent encore les affiches. Mise en place fin mai, la cellule d'écoute est joignable au 07.68.55.00.43.

L'affiche du diocèse de Montpellier - Aucun(e)
L'affiche du diocèse de Montpellier

Wayne Bodkin, responsable de ce programme de lutte contre la pédophilie au sein de l'Église, estime qu'il n'est jamais trop tard pour les victimes. Il était ce lundi matin l'invité de France Bleu Hérault.

Les fidèles applaudissent

À la sortie de la messe dominicale, les fidèles ont presque tous salué l'initiative du diocèse de Montpellier. "C'est une bonne chose pour tout le monde. Pour l'Eglise mais aussi pour nous les fidèles", explique Solène.

"Une bonne nouvelle pour l'image de l'Église"

D'autres estiment qu'il faudra du temps pour changer l'Église : "une éternité", s'exaspère Patrick.

"Pour faire bouger l'Église, il va falloir des millénaires au moins"

Hors micro, les critiques sont moins positives : "Nous ne sommes pas concernés", "ça ne changera rien", "c'est un simple coup de communication", lâchent carrément certains fidèles.

Partager sur :