Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pédophilie dans l'Église : le procès du cardinal Barbarin reporté au 9 janvier

lundi 2 avril 2018 à 19:10 Par Mathilde Montagnon, France Bleu Isère, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

La justice doit se prononcer sur la responsabilité du cardinal Philippe Barbarin accusé d'avoir dissimulé le passé pédophile d'un de ses prêtres, le père Preynat. L'audience prévue à Lyon ce mercredi est finalement reportée au mois de janvier.

Mgr Barbarin, archevêque de Lyon et de Roanne
Mgr Barbarin, archevêque de Lyon et de Roanne © Maxppp -

Lyon, France

Le cardinal Barbarin étaitconvoqué devant le tribunal correctionnel de Lyon ce mercredi pour non-dénonciation d'atteintes sexuelles. L’évêque de Lyon et de Roanne est accusé de ne pas avoir dénoncé les agissement d'un prêtre de son diocèse, le père Preynat, mis en examen en janvier 2016 pour “agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans par personne ayant autorité”, des faits qui auraient débuté à la fin des années 70. Le père Preynat est resté au contact d'enfants jusqu'en 2015. Il y a six autres prévenus dans ce dossier et notamment le père Xavier Grillon, l'ancien vicaire épiscopal du Roannais, qui était le supérieur hiérarchique du père Preynat

Le procès renvoyé à janvier 2019

Le dossier est bien renvoyé mais pas à l'automne. Ce sera finalement du 7 au 9 janvier, a annoncé le tribunal de Lyon ce mercredi.

En cause un problème de traduction. Parmi les prévenus se trouve le préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi au Vatican. L'espagnol Luis Francisco Ladaria Ferrer, qui aurait conseillé le diocèse de Lyon sur le cas Preynat. Le problème c'est que le dossier n'aurait pas été traduit en espagnol dans les délais impartis. Ce qui risque de conduire au report du procès.  

Un procès qui aurait pu ne jamais se tenir : l'été 2016, après six mois d'enquête, le dossier avait été classé par le parquet. Mais neuf victimes du prêtre Bernard Preynat ont lancé ont lancé une citation directe à l'encontre de l'archevêque de Lyon et des six autres prévenus. Cette procédure assure aux plaignants la tenue d'un procès à condition de consigner une somme de 500 euros chacun. 

Philippe Barbarin aurait eu connaissance du passé du père Preynat dès 2005. Si il avait informé la justice à ce moment, l'association "La parole libérée" estime qu'une soixantaine de victimes auraient pu se constituer parties civiles. Aujourd’hui elles ne sont que plus que sept dont les dossiers ne sont pas prescrits.

François Devaux, le Président de La parole libérée

Outre le Primat des Gaules et Luis Ladaria Ferrer, l'audience vise l'archevêque d'Auch Maurice Gardès et l'évêque de Nevers Thierry Brac de la Perrière, anciens membres du diocèse de Lyon, ainsi que l'ex-directeur de cabinet du cardinal, Pierre Durieux, aujourd'hui à Nantes, Régine Maire, chargée de la cellule d'écoute des victimes de prêtres au sein du diocèse lyonnais, et le vicaire épiscopal Xavier Grillon, qui fut le supérieur hiérarchique direct du père Preynat.