Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pédophilie dans le Loiret : le recteur de la basilique de Cléry-Saint-André mis en examen

vendredi 13 avril 2018 à 20:35 Par Anne Oger, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Orléans et France Bleu

Le père Olivier de Scitivaux, recteur de la basilique de Cléry-Saint-André dans le Loiret jusqu'en mars dernier, a été mis en examen ce vendredi pour agression sexuelle sur mineur de 15 ans. Les faits se seraient déroulés à Orléans et en Bretagne, pendant plusieurs années.

Le Palais de Justice d'Orléans (photo d'illustration)
Le Palais de Justice d'Orléans (photo d'illustration) © Radio France - Anne Oger

Cléry-Saint-André, France

Le père Olivier de Scitivaux, l'ancien recteur de la basilique de Cléry-Saint-André, a été mis en examen pour agression sexuelle sur mineur de 15 ans ce vendredi, et placé sous contrôle judiciaire. Il était en garde à vue depuis mercredi matin dans les locaux de la brigade de recherches de la gendarmerie d'Orléans. Le prêtre, âgé de 58 ans, était visé par deux accusations, révélées il y a deux semaines. Des accusations qui avaient poussé l'évêque d'Orléans à le suspendre de toutes ses fonctions

Le père Olivier de Scitivaux aurait reconnu les faits devant le juge

Il s'agissait d'une accusation de viol dans les années 80, et une autre pour des attouchements dans les années 90. Sur la première accusation, les investigations ne se sont pas poursuivies, les faits étaient prescrits, car la victime a aujourd'hui 45 ans. Elle avait témoigné sur l'antenne de France Bleu Orléans. Mais sur la deuxième affaire, le prêtre a reconnu les faits devant le juge d'instruction.

La victime chantait dans la chorale de l'église Saint Paterne

Des faits se seraient poursuivis pendant plusieurs années, de 1994 à 2000. La victime avait à peine 10 ans lorsque les premiers gestes auraient commencé, c'était dans un camp de vacances du diocèse du Loiret, à Perros Guirrec en Bretagne. Et ça a continué à Orléans, le père Olivier de Scitivaux était alors en charge de la paroisse Saint Paterne. Le garçon, qui chantait dans la chorale de Saint Paterne, aurait été victime d'attouchements et d'agressions sexuelles jusqu'à ses 14 ans.

Le prêtre placé sous contrôle judiciaire

L'an dernier il s'était confié à l'évêque d'Orléans, Jacques Blaquart, qui avait aussitôt transmis au procureur de la République, mais il ne voulait pas porter plainte. Le parquet a finalement ouvert une enquête, les gendarmes ont placé cette semaine le père de Scitivaux en garde à vue. Il a d'abord nié, puis reconnu ce qu'il appelait des gestes affectueux, avant d'avouer, devant le juge d'instruction, les agressions sexuelles. Le prêtre est donc mis en examen, placé sous contrôle judiciaire, avec l'interdiction de revenir en région Centre, d'être en contact avec des jeunes. Et avec  une obligation de soins. Il avait été suspendu de toutes ses fonctions au sein du diocèse du Loiret par l'évêque d'Orléans dès qu'il avait eu connaissance des accusations.

Un numéro de téléphone pour les victimes

Les investigations vont maintenant se poursuivre, car il y a peut-être d'autres victimes. La brigade de recherches de la gendarmerie d'Orléans a mis en place une cellule spéciale pour enquêter sur cette nouvelle affaire de pédophilie dans le Loiret. Elle a communiqué un numéro de téléphone, auquel peuvent s'adresser d'éventuels témoins et victimes : le 02.38.52.51.45. Elles seront prises en charge, écoutées par des enquêteurs spécialement formés aux affaires d'agression sexuelle, et leur identité sera préservée.

Les investigations stoppées dans l'enquête pour viol

Quand à l'autre affaire, celle qui finalement a abouti à l'ouverture d'une enquête, elle est en revanche prescrite. La loi prévoit un délai de prescription de vingt ans à partir de la majorité de la victime. L'homme, un habitant de Vannes, qui accusait le père Olivier de Scitivaux, de l'avoir violé pendant un camp de vacances à Perros-Guirrec, a été entendu par les gendarmes de Vannes, mais les investigations ne se sont pas poursuivies.