Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire de pédophilie à l'école de Villefontaine

Pédophilie à l'école de Villefontaine : un an après, les parents entre colère et amertume

Par Virginie Salanson et Céline Loizeau, France Bleu Isère et France Bleu jeudi 24 mars 2016 à 8:08

Un an après la première manifestation, les parents sont amers.
Un an après la première manifestation, les parents sont amers. © Maxppp -

Il y a un an, un scandale secouait Villefontaine et l'école du Mas de la Raz, dans le Nord Isère. Le directeur était mis en examen pour viols sur ses élèves et plus de 50 plaintes déposées. Depuis, les victimes et leurs proches tentent, difficilement, de reprendre le dessus.

Un an après "l'affaire de Villefontaine", il y a des enfants qui semblent aller bien. C'est en tout cas l'avis de plusieurs parents, comme cette maman d'une fillette de 8 ans : "ma petite fille continue à vivre plutôt bien... d'après moi," dit-elle en hésitant un peu, "ce sont surtout les répercussions sur sa vie d'adulte qui sont angoissantes".

► DOSSIER "Pédophilie à l'école de Villefontaine"

Abandonnés par l'Éducation nationale

Mais il y a aussi des petits qui restent perturbés, pour qui se reconstruire est plus dur, comme la fille de Nidal. Ce papa constate que sa fille ne va pas bien, et en particulier à l'école, où elle est retournée : "je sais qu'elle se sent pas forcément bien là-bas. On sent qu'elle est super-affectée, hyper sensible". Même si la mairie assure avoir effectué de nombreux travaux dans l'école et proposé des groupes de soutien encore disponibles aujourd'hui, Nidal n'est pas satisfait de la prise en charge à l'école : "personne ne discute pour savoir comment vont les enfants. On les a tous mis au même niveau que les autres. J'ai pas l'impression qu'on s'en soucie plus que ça".

Double peine pour les parents

De nombreux parents partagent cette amertume, contre l'école, mais surtout contre l'Éducation nationale. Parmi les parents qui acceptent de s’exprimer, dans leur grande majorité,  ils disent même se sentir abandonnés par l’Éducation Nationale. Christelle Gerland préside l’association des parents en colère qui s’est créée à Saint-Clair-de-la-Tour où a également enseigné Romain Farina. "Leurs enfants étaient victimes, c'est à eux d'avancer les frais de thérapeute, les frais d'avocat... Pour moi, ils subissent la double peine. On essaie de cacher la poussière sous le tapis. Moins on en parle, mieux ça vaut".

Lire aussi - Pédophilie : comment l'école de Villefontaine tente de retrouver une vie normale

"Je suis fière que ma fille ait dénoncé les agissements de l'enseignant

La maman de la fillette par qui l'alerte a été donnée en veut aussi à l’Éducation Nationale. "Si ma fille n'avait pas parlé, les choses continueraient. Je trouve ça regrettable que personne ne se soit présentée auprès de moi. Mais je suis fière que ma fille ait pu déclencher ce qui arrive, ça a libéré la parole, il y a eu beaucoup de dénonciations depuis". Selon Najat Vallaud, Belkacem, la ministre de l'Éducation nationale, 27 enseignants ont été radiés en 2015 pour cause de pédophilie.

Une cinquantaine de plaintes déposées

Depuis l'arrestation, il y a un an, du directeur de l'école élémentaire de Villefontaine pour "viols aggravés et agressions sexuelles sur mineurs", d'autres plaintes sont déposées pour des faits dans d'autres écoles. C'est le cas notamment aux Avenières et à Saint-Clair-de-la-Tour, où Romain Farina a également travaillé. En août 2015, 61 enfants avaient été entendus, depuis une cinquantaine de plaintes ont été déposés.

Reportage de Céline Loizeau à Villefontaine

Un an après, la colère et l'amertume des parents