Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Pédophilie : un député veut encadrer les professions liées aux mineurs

-
Par France Bleu Isère, France Bleu Orléans

Le député UMP du Loiret Claude de Ganay dépose une proposition de loi pour interdire les métiers au contact d'enfants à toute personne convaincue de pédophilie ou de détention d'images pédopornographiques. Une réaction au cas du directeur d'une école en Isère, déjà condamné et à présent soupçonné de plusieurs viols.

L'école primaire de Villefontaine.
L'école primaire de Villefontaine. - Photo Vincent Wales - Le Dauphiné - Maxppp

Pour Claude de Ganay, on n'aurait jamais dû avoir à parler du directeur de l'école de Villefontaine. Cet homme a été placé en garde à vue ce lundi sur des soupçons de viol d'enfants. Trois plaintes ont été déposées. L'homme de 45 ans avait été condamné en 2008 à de la prison avec sursis pour recel d'images à caractère pédopornographique.

Actuellement la législation ne prévoit d'interdiction automatique d'exercer un métier autour des enfants que pour les peines supérieures à deux mois de prison ferme. C'est ce point que le député (UMP) du Loiret veut changer, pour qu'un adulte condamné pour ce type de faits devrait automatiquement avoir l'obligation de ne plus être en contact avec des enfants .

"Choqué et consterné ", Claude de Ganay se demande "pourquoi de tels comportements sont recensés et se renouvellent ? Je ne comprends pas que quelqu'un qui a déjà été condamné se retrouve au milieu d'enfants ". L'Education nationale a précisé qu'elle ignorait les antécédents judiciaires de son employé.

La loi actuelle prévoit qu'une interdiction de travailler au contact des enfants peut être prononcée à l'appui d'une peine principale, mais cette peine, laissée à la discrétion du juge , n'est pas systématique. Elle n'avait pas été prononcée contre le directeur de Villefontaine, condamné en 2008, à 6 mois de prison avec sursis assortis d'une obligation de soins et d'une mise à l'épreuve.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu