Faits divers – Justice

Soupçons de pédophilie : un Mosellan pistait des adolescentes sur Internet

Par François Pelleray, France Bleu Lorraine Nord vendredi 29 janvier 2016 à 18:09

© Maxppp - Olivier Demols

Savez-vous à qui vous parlez sur Internet ? En Moselle, un pédophile présumé a été mis en examen jeudi 28 janvier pour corruption de mineurs. Son terrain de chasse était le web. Mais l'administrateur d'un site l'a dénoncé. Les policiers sont remontés jusqu'à chez lui, dans la vallée de la Fensch.

Cet habitant de la vallée de Fensch se croyait peut-être protégé derrière son écran d'ordinateur, sauf que les policiers sont venus le cueillir chez lui mardi 26 janvier. Les fichiers pédophiles dans son ordinateur et les archives de ses échanges sur Internet sont accablants. Il a été mis en examen deux jours plus tard pour corruption de mineurs, détention et diffusion d’images pédopornographiques.

Ce père de famille se faisait passer pour un autre sur un site de conversation en direct dédié aux jeunes. Les discussions sont classées par tranche d'âge. Lui avait une préférence pour les 12-14 ans, il a environ 55 ans. Mais les jeunes filles en face ne le savaient pas, car il peut mettre n'importe quelle photo de profil.

Donc, il les abordait, leur envoyait des photos, des vidéos pornographiques. Il arrivait même à convaincre des adolescentes de dévoiler leur intimité. Ces images servent ensuite de monnaie d'échange entre pédophiles, ou alors à exercer un chantage pour obtenir un rendez-vous. Car, c'était bien son but, même si, a priori, il n'a jamais réussi à l'atteindre.

Un site pour signaler les pédophiles

Il a été démasqué grâce au gestionnaire du site, qui a les moyens de surveiller les échanges. Celui-ci a alerté les autorités via le site www.internet-signalement.gouv.fr. On peut aussi y dénoncer les cas d'apologie du terrorisme.

Sur Internet, on peut savoir de quelle adresse en France vient un mail. C'est comme ça que ce Mosellan a été démasqué. Son ordinateur contient des centaines d'images et de vidéos pornographiques mettant en scène des enfants. L'homme est salarié, il vit en couple, il a un fils majeur. Il n'a jamais eu affaire à la justice. Un « monsieur tout le monde » en apparence, alors que sur le web, c'était apparemment un prédateur qui tissait sa toile.

Après sa garde à vue, l’homme est rentré chez lui mais sous contrôle judiciaire. L'enquête continue pour retrouver ses victimes, elles peuvent se trouver partout en France.

Partager sur :