Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pédopornographie : 14 hommes interpellés et 1.000 contenus illicites saisis en France

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Gironde, France Bleu Poitou

La gendarmerie a interpellé 14 hommes en France et saisi plus de 1.000 "contenus pédopornographiques" circulant sur internet, en novembre, pendant le deuxième confinement, a annoncé la gendarmerie nationale ce dimanche.

Les 14 hommes interpellés sont originaires de Paris, Bordeaux, Reims et Poitiers
Les 14 hommes interpellés sont originaires de Paris, Bordeaux, Reims et Poitiers © Maxppp - Pierre Destrade

Une enquête européenne, à l'initiative des gendarmes du Centre français de lutte contre les criminalités numériques (C3N), a permis d'interpeller 14 suspects et de saisir 1.000 contenus illicites de pédopornographie avérée, a annoncé la gendarmerie nationale dans un communiqué ce dimanche.

Les suspects sont tous des hommes, originaires de Paris, Bordeaux, Reims, Poitiers, explique la gendarmerie, jointe par franceinfo, confirmant les informations du Journal du dimanche. L'un d'entre eux se trouve à l'étranger.

Les enquêteurs ont agi fin novembre, épaulés par le Centre national d'image pédopornographiques et Europol, afin d'identifier les auteurs et victimes présumées de ces agressions sexuelles sur mineur via Internet.

Suspects présentés à la justice 

Les suspects ont été présentés à la justice, trois hommes ont d'ores et déjà été condamnés à des peines d'emprisonnement, renseigne la gendarmerie dans son communiqué, sans en préciser la durée. Le parquet de Paris n'était pas immédiatement joignable ce dimanche matin pour évoquer ces peines.

Huit autres suspects sont en attente de leur jugement, et trois autres ont été présentés devant un juge d'instruction.

Des peines potentielles alourdies

Depuis cet été, la consultation et le téléchargement d'images pédopornographiques sont passibles de cinq ans d'emprisonnement, contre deux auparavant, et les auteurs sont automatiquement inscrits au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (Fijais).

Enfance en danger
Enfance en danger © Radio France
Choix de la station

À venir dansDanssecondess