Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pédopornographie à la médiathèque : le maire de La Ricamarie s'exprime sur le recrutement des agents

mercredi 21 mars 2018 à 17:45 Par Elodie Vergelati, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

L'émotion est toujours palpable à la Ricamarie après la révélation de la mise en examen d'un agent de la médiathèque pour pédopornographie. Déjà, le maire de la ville, Cyrille Bonnefoy, réfléchit à des changements dans le recrutement des agents au contact des enfants.

Cyrille Bonnefoy, le maire de La Ricamarie (à gauche) dans son bureau avec son adjoint au développement durable, Daniel Favier.
Cyrille Bonnefoy, le maire de La Ricamarie (à gauche) dans son bureau avec son adjoint au développement durable, Daniel Favier. © Radio France - Elodie Vergelati

La Ricamarie, France

Déjà six jours que Cyrille Bonnefoy a appris la mise en examen d'un agent de la médiathèque pour pédopornographie, mais le maire de La Ricamarie reste "consterné, stupéfait, en colère et trahi". Trahi par cet agent de 36 ans "qui travaillait dans nos services depuis 18 ans, et qui avait la confiance de tout le monde", confie l'édile. Des images de mineurs ont été retrouvées dans le matériel informatique du salarié, soupçonné également d'agressions sexuelles à la Ricamarie. "Bien sûr, l'agent a été suspendu, il ne peut plus nuire à la collectivité", précise le maire. Qui réfléchit à des changements dans le mode de recrutement des agents au contact des enfants.  

Il n'y a pas d'enquête de personnalité, mais on vérifie les casiers judiciaires, le maire de La Ricamarie

Pour l'instant, à La Ricamarie, quand un agent est recruté pour travailler dans une structure municipale au contact des enfants, la mairie vérifie son casier judiciaire. "Il n'y a pas d'enquête de personnalité, non, ça reviendrait à être dans une présomption de culpabilité. On ne veut pas ça. En revanche, on vérifie les casiers judiciaires des agents", détaille le maire de la ville. Toutefois, la mairie n'a pas accès à l'intégralité du casier judiciaire, seulement au bulletin où sont consignées les éventuelles condamnations les plus graves. 

La médiathèque de La Ricamarie où travaillait l'agent mis en examen pour pédopornographie.  - Radio France
La médiathèque de La Ricamarie où travaillait l'agent mis en examen pour pédopornographie. © Radio France - Elodie Vergelati

Dorénavant, on consultera le fichier des délinquants sexuels de la préfecture

"Il est impossible de se prémunir totalement contre de tels actes, heureusement isolés", avance le maire de La Ricamarie. Qui concède toutefois un point d'amélioration. "Dorénavant, quand on recrutera un agent, à la médiathèque par exemple, ou ailleurs, on consultera le fichier des délinquants sexuels de la préfecture. On ne le faisait pas jusque-là", explique-t-il. Une étape pas obligatoire quand il s'agit de recruter des agents municipaux dans un lieu comme une médiathèque. En revanche, ce filtre supplémentaire est souvent actionné lors du recrutement d'agents qui travaillent dans les centres de loisirs ou de vacances. Ces structures d'accueil de mineurs dépendent de la DDCS, la direction départementale de la cohésion sociale.

Le maire de La Ricamarie dit non au tout sécuritaire

Pas de surveillance, de flicage intempestif, de contrôles inopinés, dans le recrutement et le suivi des agents. Le maire de la Ricamarie se veut mesuré. "On est dans une société ultra surveillée, je crois qu'il serait très préjudiciable pour nos libertés individuelles de verser dans l'excès. D'adapter le vivre-ensemble à des actes isolés", conclut-il.