Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pédopornographie : une soixantaine de personnes interpellées en France

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Bourgogne

La police mène depuis le début de la semaine un vaste coup de filet visant un réseau de pédopornographie. Une soixantaine de personnes ont été interpellées en France, a précisé ce jeudi l'Office central pour la répression des violences aux personnes.

Les gardés à vue sont âgés de 28 à 75 ans.
Les gardés à vue sont âgés de 28 à 75 ans. © Maxppp - Pierre Destrade

Une soixantaine de personnes, soupçonnées d'avoir téléchargé et consulté des milliers de photos et vidéos pédopornographiques, ont été interpellées depuis lundi dans le cadre d'un vaste coup de filet qui a mobilisé 220 policiers, a annoncé l'AFP, confirmant une information du journal Le Parisien.

Parmi les gardés à vue, âgés de 28 à 75 ans, au moins quatre sont également mis en cause pour des faits de viol sur mineur, a indiqué à l'AFP Eric Bérot, chef de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), qui a coordonné l'opération.

"Des gens capables ensuite de passer à l'acte" - Eric Bérot, chef de l'OCRVP

"Cela démontre que le téléchargement de fichiers pédopornographiques n'est pas anodin. On a des gens capables ensuite de passer à l'acte", souligne le commissaire. L'un d'eux est un éducateur sportif dans deux clubs de football.

99% d'hommes

"Il n'y a pas de profil unique", décrit le chef de l'OCRVP, "tous les milieux sociaux sont concernés" . Il évoque la présence d'un imam, d'un informaticien, d'un professeur à la retraite, d'employés, de chômeurs, de cadres. Seul dénominateur commun, "il s'agit d'hommes à 99%", à l'exception d'un couple qui consultait les images ensemble. Une dizaine d'entre eux étaient déjà connus de la justice pour ce type de faits et inscrits au fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles (Fijais).

Des centaines de milliers de photos et vidéos

Les suspects sont originaires d'une trentaine de départements. Ils téléchargeaient les photos et vidéos sur les réseaux de pair à pair, qui permettent aux utilisateurs d'échanger directement des fichiers sans passer par un serveur. Les enquêteurs, aidés d'un logiciel américain utilisé par le FBI, ont pu pénétrer ces réseaux, remonter les adresses IP et détecter les téléchargements.

Plus d'une centaine de disques durs externes, une centaine de téléphones et ordinateurs portables, près de 150 clefs USB, des DVD et des CD ont été saisis lors des perquisitions et ont permis la découverte de centaines de milliers de photos et vidéos pédopornographiques. L'un des interpellés était même équipé d'un "serveur avec refroidissement à eau avec 176 terraoctets de données téléchargées", a indiqué Eric Bérot.

Certaines gardes à vue, démarrées ce jeudi, sont toujours en cours et une dizaine de suspects ont été déferrés aux différents parquets locaux. Un homme a d'ores et déjà été condamné en comparution immédiate à dix mois ferme par le tribunal judiciaire de Valenciennes (Nord). Dans les Landes, c'est un homme âgé d'une quarantaine d'années qui a été interpellé et incarcéré ; il sera jugé le 3 novembre prochain. En Normandie, un imam et un couple sont suspectés. Un homme de 47 ans, habitant à Muret, en Haute-Garonne, est en détention provisoire. Il est soupçonné d'avoir téléchargé et consulté entre 30 et 40.000 photos et près de 300 vidéos pédopornographiques. En Lorraine, c'est un éducateur sportif qui a été arrêté. 

Dans le Loiret, un chauffeur routier de La Ferté-Saint-Aubin vient d'être condamné à deux ans de prison ferme pour avoir téléchargé des photos et vidéos d'enfants à caractère pédopornographique. Cet homme de 52 ans a déjà été condamné en 2016 à un an de prison ferme pour détention d'images pédopornographiques, une peine qu'il a effectuée sous bracelet électronique. Dans la Loire, c'est un père de famille, âgé de 47 ans, qui a été arrêté à Saint-Étienne. Il serait bien intégré dans le monde du travail et pas connu, jusque-là, des services de police.

Des peines potentielles alourdies

Depuis cet été, la consultation et le téléchargement d'images pédopornographiques sont passibles de cinq ans d'emprisonnement, contre deux auparavant, et les auteurs sont automatiquement inscrits au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (Fijais).

"Renforcer la répression, c'est aussi donner aux services d'enquête spécialisés (gendarmerie et police) des moyens à la hauteur de cette délinquance exponentielle", a réagi le secrétaire d'Etat à l'Enfance et aux Familles Adrien Taquet, saluant "le travail remarquable des enquêteurs" sur cette affaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess