Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Peine d'inéligibilité requise contre l'ancien gilet jaune Christophe Chalençon à Carpentras

-
Par , France Bleu Vaucluse

L'ancien leader des gilets jaunes en Vaucluse et actuel président du micro parti "évolution citoyenne" a comparu ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Carpentras pour "provocation à s'armer contre l'autorité de l'État". Le parquet a requis une peine d'inéligibilité à son encontre.

Christophe Chalançon et ses amis du parti évolution citoyenne à leur arrivée au tribunal judiciaire de Carpentras.
Christophe Chalançon et ses amis du parti évolution citoyenne à leur arrivée au tribunal judiciaire de Carpentras. © Radio France - Jean-Pierre Burlet

Christophe Chalençon, dans une vidéo publiée le 29 octobre sur sa page Facebook, lançait un appel sans équivoque. En tenue de chasseur, une arme à la bretelle, il disait : "L'heure des palabres est terminée, j'en appelle à un soulèvement national dans les jours à venir". Des propos que l'ancien gilet jaune assume : "Je suis un opposant politique, un contestataire hors système, mon appel n'est pas anodin". Il ajoute : "J'avais conscience d'être dans l'illégalité".

Dans le registre du complot et de la trahison

La présidente du tribunal correctionnel de Carpentras a rappelé qu’on n'était pas dans un procès politique mais quand même bien dans le registre du complot et de la trahison. Le procureur, pour qui les faits de provocation à s’armer contre l’autorité de l’État sont établis, a requis neuf mois avec sursis. À titre de peine complémentaire, il réclame un travail d’intérêt général, un stage de citoyenneté, un examen médical et cinq ans de privation de droits civiques : inéligibilité et interdiction de voter.

Une chasse aux sorcières 

L’avocat de Christophe Chalençon a plaidé la relaxe. Il a réclamé compréhension et tolérance au tribunal et interpellé le parquet sur le thème de la chasse aux sorcières qui se poursuit contre les gilets jaunes. "Réclamer la privation des droits civiques en est la meilleure preuve" a-t-il conclu. Les magistrats du tribunal correctionnel de Carpentras ont décidé de prendre le temps de la décision. Il est rare en effet d’avoir à juger ce genre de délit. Le jugement sera rendu le 22 avril à 13 h 30.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess