Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Peines alternatives : les TIG peinent à convaincre en Indre-et-Loire

mercredi 7 mars 2018 à 5:33 Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine

Emmanuel Macron, à Agen, prône des alternatives aux peines de prison, pour rendre la justice plus efficace et désengorger les prisons. Plusieurs mesures existent déjà, comme les travaux d'intérêt général. Une mesure qui tarde à convaincre en Touraine. Elle concerne 250 personnes en Indre-et-Loire.

Illustration
Illustration © Maxppp - Véronique Kuhn

Indre-et-Loire, France

En visite à Agen en compagnie de la ministre de la Justice Nicole Belloubet, Emmanuel Macron a détaillé son plan visant à remplacer les peines de prison les plus faibles par d'autres mesures afin de les rendre plus efficaces, mais aussi de désengorger les établissements pénitentiaires (143% d'occupation à la maison d'arrêt de Tours par exemple).  Ca passe surtout par la mise en place des peines alternatives. Il en existe déjà, comme les TIG, les travaux d'intérêt général. Le souci, c'est que ce système a du mal à exister en Touraine. 

Au lieu d'aller en prison, les candidats acceptent de travailler gratuitement

On compte en moyenne 250 personnes qui effectuent une peine de TIG en Indre-et-Loire. Ce sont surtout des hommes, "jeunes essentiellement" dit le Spip, le service pénitentiaires de probation et d’insertion en charge de la mise en œuvre du TIG. Ils ont été condamnés à de la prison, pour des délits, comme des vols, des dégradations, des conduites en état d'ivresse ou pour consommation de stupéfiants. Au lieu d'aller en prison, ils acceptent de travailler gratuitement

Des TIG à la SNCF, à l'hôpital, aux Restos du cœur, dans les Ehpad, les collectivités

Ce ne sont pas les candidats qui manquent, mais bien le travail. Aucune entreprise privée n'accueille de TIG. Elles ne sont pas volontaires, malgré les relances du SPIP. Ce sont les collectivités, entreprises publiques et les associations qui acceptent : SNCF, hôpital de Tours, Ehpad, Restos du coeur, Emmaüs, entre autres. Dans les villes, c'est très inégal : rien à Loches, Chambray ou Joué-lès-Tours, contrairement à Saint-Cyr-sur-Loire et Tours. Et travaillent-ils vraiment? Oui. Il n'y a que 5% qui ne viennent pas travailler. Pour ceux-là, ce sera la prison.