Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Pendant mes mandats, je me suis retrouvé avec un couteau et un fusil sur le ventre" dit un ancien maire de Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord

Alors que les obsèques du maire de Signes ont été célébrées ce vendredi matin, Jacques Monmarson, l'ancien président de l'union des maires de Dordogne, par ailleurs lui-même maire de Saint-Astier pendant 37 ans témoigne des violences auxquelles il a parfois été confronté

L'ancien président de l'union des maires de Dordogne et ex maire de Saint Astier Jacques Monmarson
L'ancien président de l'union des maires de Dordogne et ex maire de Saint Astier Jacques Monmarson © Radio France - Radio France

Saint-Astier, France

Les obsèques du maire de Signes, dans le Var, ont été célébrées ce vendredi matin. Avec un défilé notamment dans les rues de la commune.

En présence de la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault notamment. Jean Mathieu Michel, 76 ans a été tué lundi accidentellement alors qu'il s'opposait à un dépôt illégal de gravats dans la nature.

Un décès dans le cadre de ses fonctions de maire qui a outré l'union des maires de la Dordogne. 

"Il n'est pas acceptable qu'un élu municipal trouve la mort dans l'accomplissement de son mandat" a tweeté l'organisation périgourdine. 

Justement, l'ancien patron de l'union des maires, Jacques Monmarson (qui a présidé l'Union pendant 25 ans), a voulu apporter son soutien à la population et à l'équipe municipale de Signes. 

Tout en racontant les scènes édifiantes auquel il a été confronté. La violence surtout de certains administrés.

Fusil sur le ventre

"Il m'est arrivé deux faits très violents. Un jour, j'étais dans mon bureau, j'ai été menacé, j'ai eu un couteau sur le ventre. Le gars m'a dit "je vais t'éventrer" quand même... " raconte l'ancien élu.

"J'ai eu du mal à me dégager car il était beaucoup plus grand et costaud que moi, puis on a pu appeler la gendarmerie, et l'homme est parti en courant" explique Jacques Monmarson.

"Une autre fois, il y avait un problème dans une famille, j'ai frappé, personne n'a répondu, j'ai ouvert doucement la porte, le gars qui avait l'altercation avec ses parents, il m'a pointé un fusil de chasse sur le ventre" dit l'ancien maire

"Je comprends l'émoi de mes collègues maires. Cela m'inquiète pour la démocratie, il n'y a qu'à voir comment désormais on traite les élus" explique-t-il.

Dans une lettre lue ce vendredi matin lors des obsèques du maire de Signes, Emmanuel Macron a promis une réponse "ferme et sans complaisance à la dégradation du "sens de l'Etat et de la nation".